Parlons finance

Le prix Nobel d’économie se targue enfin de responsabilité sociale

Tout le monde se souvient qu’en 2006 l’économiste et entrepreneur inventeur du micro-crédit Mohammad Yunus, d’origine bangladaise, nominé pour le prix Nobel d’économie en 2005, avait finalement obtenu le prix Nobel de la paix conjointement avec la Grameen Bank qu’il avait créée en 1977.

 

13 ans après, les jurés du Nobel ont été beaucoup plus intrépides en consacrant Esther Duflo, deuxième femme à obtenir le prix (après Elinore Ostrom en 2009), quatrième lauréat français (pour 62 américains) et plus jeune récipiendaire de l’histoire du prix en économie (46 ans) ! Elle partage cette récompense avec son mari Abhijit Banerjee et Michael Kremer pour leurs travaux qui, selon l’Académie suédoise royale des sciences « ont introduit une nouvelle approche pour obtenir des réponses fiables sur la meilleure façon de réduire la pauvreté dans le monde. »

 

Esther Duflo et Abhijit Banerjee ont cofondé le Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL) en 2003 au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Michael Kremer quant à lui, aujourd’hui à Harvard, a publié en 2004 un article marquant dans la revue Econometrica où il utilisait une méthode classique de la recherche médicale « l’évaluation par échantillonnage aléatoire », pour effectuer ses études d’impact. Le principe consiste à évaluer une mesure en comparant le comportement de deux groupes de population dans le même environnement. D’un côté, un groupe cible sur lequel est appliquée la mesure et, de l’autre, un groupe qui ne reçoit rien, un peu comme en médecine lorsque l’on utilise un placebo pour tester l’efficacité d’un médicament.

 

 

Lire la suite

Afficher plus

Ecofi Investissements

Ecofi Investissements est la filiale du Crédit Coopératif, membre du Groupe BPCE.

 

Acteur reconnu et maintes fois récompensé pour notre expertise et nos savoir-faire – actions, crédit, multi-actifs et monétaire – nous affirmons notre engagement dans la gestion éthique et solidaire. Et nous allons plus loin en intégrant la responsabilité au cœur de notre métier, avec, notamment, depuis janvier 2019, 100% de notre gamme de fonds ouverts* qui est gérée selon les principes de l’investissement socialement responsable (ISR).

 

Être responsable c’est s’engager auprès de nos clients à choisir les meilleurs actifs pour pérenniser la performance et préserver les intérêts des générations futures.

 

Notre signature : ACTIFS POUR LE FUTUR

 

 

*Hormis certains fonds indexés et fonds à gestion déléguée

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page