Parlons finance

Une correction inévitable ? Les 3 thèmes de prudence en 2018, par Schroders IM

En résumé :

 

Prenons un peu de recul sur une année riche en actualité politique qui n’a pourtant pas pesé sur les cours d’actifs en ébullition. Nous pensons que l’année 2017 a pourtant montré que la politique avait de l’importance. Pour preuve les rebonds techniques après que les risques extrêmes ne se sont pas matérialisés.

 

Nous mettons en évidence ici trois thèmes clés pour 2018. Ils envoient un message de prudence aux marchés d'actions et du crédit en 2018, mais il est possible que les investisseurs cristallisent leur attention sur d’autres segments. C’est pourquoi, à la demande générale, nous avons partagé notre point de vue sur le bitcoin.

 

 

 

 

Retour sur l'année 2017 : Meunier, tu dors

 

L’actualité politique a été riche en 2017, mais au final les investisseurs ont gardé leur sang-froid et continué de tirer à la hausse les cours des actifs risqués.

 

 

 

 

Performances des classes d'actifs

 

S’agissant des principales classes d’actifs, toutes ont généré une performance absolue positive, actions en tête.

 

L’appétence pour le risque a permis au crédit d’enregistrer une bonne performance, le haut rendement mondial clôturant l’année à la troisième place (+10,2 %) et le crédit mondial investment grade (IG) à la quatrième (+9,2 %). La hausse des taux d’intérêt a clairement pesé sur le crédit, mais l’environnement marqué par de faibles rendements et une liquidité élevée est demeuré un facteur de soutien. Par ailleurs, l’or a très bien débuté l’année et a signé une performance supérieure à 15 % à la fin de l’été. En revanche, la hausse des taux réels a pénalisé sa performance lors du dernier trimestre, l’or clôturant ainsi l’année par des gains de 12,6 %, soit une performance suffisante pour classer le métal précieux en deuxième position.

 

En comparant la performance des actions américaines et des bons du Trésor américain dans une perspective historique, l’indice S&P 500 a affiché une performance robuste et supérieure à la moyenne, tandis que les bons du Trésor ont connu une année inférieure à la moyenne avec une performance de 2,1 %.

 

 

 

Comparaison des performances des actions

 

L’année 2017 a été excellente pour les investisseurs en actions, l’ensemble des principaux indices ayant produit des performances positives tant en devises locales qu’en dollar américain. La palme de la performance est revenue à l’indice MSCI Emerging Markets (+31 % en devise locale et +37 % en USD). L’indice S&P 500 a signé la deuxième meilleure performance dans sa propre devise (+21,8 %), mais se trouve devancé par la plupart des autres indices en tenant compte de la dépréciation du dollar américain. Les bourses européennes ont enregistré de belles performances, alors que l’indice UK FTSE All Share a accusé le repli le plus net en devise locale.

 

 

 

Comparaison des performances des devises

 

Il a fallu du temps pour que les devises dessinent une tendance claire en 2017, mais autour du mois de mai, il est apparu clairement que le dollar américain entamait une phase baissière sur la base des taux de change effectifs (-8,4 % pour l’année), alors que l’euro prenait la direction opposée (+8,6 %).

 

De son côté, la livre sterling a fluctué en 2017, son évolution se trouvant essentiellement conditionnée par les dernières actualités sur le Brexit, avant de clôturer finalement l’année en légère hausse (+0,7 %). Par ailleurs, le yen japonais a terminé l’année plus ou moins à l’équilibre (-0,9 %), tandis que l’autre devise refuge qu’est le franc suisse a clôturé en repli (-6,3 %). Un environnement caractérisé par un dollar faible est généralement favorable aux actifs émergents, devises incluses. C’est d’ailleurs ce que nous avons constaté pendant la plupart de l’année. Les devises émergentes ont affiché des performances absolues positives, dans certains cas très élevées, durant les trois premiers trimestres 2017.

 

 

 

 

Comparaison des performances des marchés de la dette

 

En Europe, le risque politique en début d’année a entraîné une hausse des rendements et un repli des cours en France et en Italie avant les élections présidentielles françaises. Une fois le risque électoral estompé, ces deux marchés ont rebondi et clôturé l’année par les deux meilleures performances. D’après des données sur les flux de capitaux de la Banque centrale européenne (BCE), le Royaume-Uni a bénéficié de solides afflux de capitaux en provenance de l’Europe, les investisseurs partant en quête de performance supérieure aux faibles rendements proposés par les marchés refuges. Parmi les principaux marchés des emprunts d’État, le moins performant a été le Japon.

 

Le marché américain des obligations d’entreprise a surperformé son homologue européen en 2017, compensant largement sa sous-performance de l’année 2016. En revanche, l’année a été calme pour la dette émergente en devise forte. Les rendements se sont inscrits en repli en 2017 pour l’indice JP Morgan Emerging Bond (EMBI), avec une inversion de tendance lors du dernier trimestre, cependant propre à certains marchés plutôt que caractéristique d’une correction généralisée.

 

 

 

Enseignements de 2017

 

Au regard des événements et de la performance des marchés en 2017, nous avons repéré quelques enseignements utiles pour 2018 :

 

La phase de reprise du cycle peut se révéler très dynamique : Même s’il ne s’agit pas de la meilleure étape du cycle en termes de performance, la confirmation d’un contexte reflationniste permet de réduire le risque d’une stagnation séculaire.

Le risque politique joue encore un rôle : Les événements en Europe auraient pu gâcher la fête en 2017, et même si les marchés des actifs risqués ont clôturé l’année par de robustes performances, la plupart des investisseurs ont placé leur argent avec prudence.

Le risque politique peut également se révéler bénéfique pour les marchés : les changements apportés au sein de pays ou de gouvernements qui échouent sont toujours les bienvenus. Afrique du Sud, Zimbabwe, etc.

Il n’est pas possible de gouverner un pays via Twitter : Les investisseurs feraient mieux de privilégier les fondamentaux plutôt que l’actualité.

 

 

 

 

Thèmes pour 2018

 

Nos trois thèmes envoient un message de prudence concernant les perspectives 2018, qui prendra peut-être la forme d’une correction inévitable après la belle performance de l’économie mondiale et des marchés en 2017.

 

 

 

 

Thème numéro 1. Un contexte « digne d’un conte de fées » donne lieu à de la reflation

 

En ce début d’année 2018, l’activité économique demeure robuste et la reprise mondiale synchronisée est en cours. En revanche, les marchés font face à deux principaux défis. Premièrement, les prévisions de croissance ont été relevées, de sorte que le rythme à atteindre pour surprendre les marchés est également plus élevé. Deuxièmement, le raffermissement de la croissance devrait probablement s’accompagner d’une hausse de l'inflation et des taux d’intérêt, à tel point que l’environnement deviendra plus reflationniste et que les banques centrales seront plus disposées à retirer leurs mesures de relance.

 

 

 

Thème numéro 2. Les adieux du programme d’assouplissement quantitatif

 

Les prévisions haussières concernant l’inflation affecteront également les rendements obligataires, ce qui pourrait être accentué par la fin de la grande expérimentation qu’a été l'assouplissement quantitatif (QE). Nous ne pensons pas que les rendements obligataires renoueront avec leurs niveaux préalables au QE compte tenu des changements qu’a connus l’économie mondiale depuis le lancement de cette politique. En revanche, l’issue probable du QE est une pression haussière sur les rendements obligataires. Estimer cet impact n’est pas un exercice simple car tout dépend du degré de prédisposition des acquéreurs privés à se substituer à la demande officielle. À notre avis, l’effet se fera ressentir le plus dans les pays périphériques endettés de la zone euro qui ont tant bénéficié du programme d’achats d’actifs de la BCE.

 

 

 

Thème numéro 3. Le retour du risque politique

 

Le principal défi politique proviendra des États-Unis où les élections à mi-mandat se tiendront en novembre. Il est plutôt probable que les Républicains perdent le contrôle de la Chambre des Représentants au profit des Démocrates, ce qui annoncera probablement le retour d’une impasse au Congrès où peu de lois pourront être votées. Compte tenu de l’enthousiasme des investisseurs à l’égard des réformes de M. Trump, cette situation politique ne serait pas de bon augure pour les marchés. Nous tenons à souligner ceci : le vote du projet de loi fiscale devrait voir le Président progresser dans les sondages et améliorer la cote de popularité des Républicains courant 2018. En revanche, les investisseurs devront suivre de près les sondages d’opinion et les signes de début d’une éventuelle « vague démocrate ».

 

 

 

 

 

 

Enfin : la question la plus fréquemment posée en 2017

 

La première question qui a été posée lors de chacune de nos présentations récentes a été : que pensez-vous du bitcoin ? Ou plus directement, dois-je acheter des bitcoins ? À notre avis, le cours du bitcoin est conditionné par la crainte des investisseurs de louper une opportunité, et sa courbe présente les signes d’une bulle classique marquée par une trajectoire exponentielle de son cours.

Afficher plus

Schroders

Schroders est un groupe familial indépendant, fondé en 1804. La gestion d’actifs est notre unique activité et les objectifs de la société reflètent entièrement ceux de nos clients, à savoir la création de valeur à long terme pour les aider à répondre à leurs besoins financiers futurs. Nous sommes présents en France depuis 2001 avec une équipe dédiée aux clients professionnels (institutionnels et distributeurs), un pôle immobilier et plus récemment avec la société de gestion Schroder Aida spécialisée sur le financement d’infrastructures. Nous gérons 469,5 milliards d’euros d’actifs pour le compte de nos clients à travers le monde (au 31 décembre 2018), et sommes présents dans 30 pays. Nous offrons des expertises sur toutes les classes d’actifs, grâce à nos 710 professionnels de l’investissement, qui apportent une connaissance approfondie des marchés locaux. L’innovation est au cœur de notre démarche, afin d’offrir à nos clients des solutions répondant à l’évolution de leurs attentes dans des environnements de marché fluctuants. Nous intégrons l’approche ESG à notre recherche depuis plus de 20 ans. Nos expertises se déclinent notamment sur les solutions de décorrélation, la gestion orientée sur la génération de revenu, la gestion actions « high alpha », le crédit et les marchés émergents.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page