Retour
Analyses de marchés

Jupiter AM : Europe, la lumière est-elle au bout du tunnel ?

18
Jan
2023

Mark Nichols et Mark Heslop, gestionnaires d'investissements Europe de Jupiter, expliquent les raisons pour lesquelles ils restent positifs, et la différence subtile entre investir dans les entreprises européennes et investir en Europe.

Les perspectives économiques en Europe sont difficiles, mais les perspectives des entreprises ont quelques raisons d'être optimistes. Après tout, il y a toujours une lumière au bout du tunnel, n'est-ce pas ?

Investir en Europe semble être une option plutôt effrayante en l'état actuel des choses : la guerre à nos portes, des infrastructures énergétiques fondamentalement défectueuses, une inflation record, des consommateurs sous pression et des taux d'intérêt en hausse. Heureusement pour nous, investir dans les actions européennes n'est pas la même chose qu'investir en Europe.

La vision étroite des marchés a toujours été un peu comme le proverbial chien qui court après sa queue. Lorsque le Covid a frappé en 2020, les acteurs du marché se sont inquiétés de ses effets sur le comportement des consommateurs. Lorsque le Covid a reculé en 2021, les acteurs du marché se sont inquiétés de la perturbation des chaînes d'approvisionnement. En 2022, les acteurs du marché ont fléchi devant une inflation record et une crise du coût de la vie. Il ne fait aucun doute que notre analyse ne parviendra pas à identifier les préoccupations des investisseurs qui influenceront les rendements en 2023, mais nous sommes sûrs de certaines choses :


1 - Les perturbations et les restrictions liées au Covid dans le monde sont beaucoup moins nombreuses et beaucoup moins contraignantes que lors des périodes précédentes. La Chine est peut-être l'exception à la règle, mais même dans ce pays, on observe des signes de mobilité croissante, dont la réduction des périodes de quarantaine.

2 - Les rapports des entreprises suggèrent de plus en plus que les perturbations des chaînes d'approvisionnement dans tous les secteurs diminuent et que, par conséquent, les taux de fret et d'expédition reculent.

3 - L'inflation et les taux d'intérêt ont historiquement évolué par cycles. Les nouveaux paradigmes sont très rares et extrêmement espacés. Les taux en hausse font inévitablement place aux taux en baisse, tout comme le jour suit la nuit. À certains moments, différents styles d'investissement ont fait grimper les marchés, et la mort de l'investissement de "croissance" (choisir des sociétés qui croissent plus vite que la moyenne du marché) n'est pas plus vraie que la mort de l'investissement de "valeur" (choisir des sociétés qui semblent être sous-évaluées) qui a été envisagée ces dernières années.

4 - Valorisation - Dans le monde entier, les cours des actions se sont effondrés, et en Europe, cette chute a été plus spectaculaire que dans d'autres régions. Les actions européennes se négocient avec une décote importante par rapport aux actions américaines - environ 50 % de moins sur la base du ratio cours/bénéfice (une mesure de la valeur calculée en divisant le prix de l'action d'une société par son bénéfice par action). Cette décote des actions européennes par rapport aux États-Unis est la plus importante depuis plus de cinq ans et, à notre avis, elle est extrême.

5 - Certaines sources de croissance sont véritablement structurelles, ou reflètent des changements à grande échelle. Par exemple, entre 2010 et 2020, la quantité de données créées, consommées et stockées dans le monde a augmenté d'environ 3 000 %. Les projections futures indiquent qu'il est peu probable que cette expansion s'inverse ou ralentisse de sitôt.

6 - Les mesures prises pour lutter contre le changement climatique nécessitent des investissements importants pour rendre les bâtiments plus durables et plus efficaces sur le plan énergétique, notamment en les isolant - on estime que les bâtiments sont responsables de plus de 40 % des émissions mondiales de carbone. La réglementation et les dépenses publiques en Europe et aux États-Unis reflètent déjà la nécessité d'améliorer le parc immobilier existant et de garantir une meilleure efficacité des nouveaux bâtiments. Par conséquent, les entreprises qui peuvent créer des produits et des services pour aider à améliorer l'efficacité des bâtiments devraient être bien placées pour en bénéficier.

7 - En 2016, plus de 1,9 milliard d'adultes âgés de 18 ans et plus étaient en surpoids. Parmi eux, plus de 650 millions étaient obèses. Malheureusement, ces chiffres continuent d'augmenter alors qu'il y a une plus grande émergence de la richesse dans le monde. Cela se traduit par une augmentation des problèmes de santé tels que le diabète, la maladie chronique qui connaît la croissance la plus rapide, et par une charge accrue sur les ressources sanitaires mondiales. Il existe un besoin évident d'entreprises qui peuvent contribuer à contrecarrer cette tendance. Le consensus est sombre pour l'économie européenne, mais nous pensons que les perspectives pour les entreprises et le marché des actions européennes sont plus positives. Si le marché délaisse le pessimisme macroéconomique pour se concentrer sur les résultats des entreprises individuelles, nous pensons que les entreprises de qualité exposées à des tendances de croissance à long terme devraient surperformer. Ce sont les types de sociétés auxquelles nous voulons être exposés pour obtenir des rendements à long terme.

>> Lire l’article

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories