Retour
Analyses de marchés

Vega IM : Les marchés actions redémarrent 2023 sur les chapeaux de roue

12
Jan
2023

Après avoir achevé l’exercice passé en demi-teinte, les marchés d’actions ont redémarré 2023 sur les chapeaux de roues à la faveur d’une détente significative et généralisée des taux de rendements obligataires. L’Europe s’est quelque peu démarquée en affichant une progression d’environ 6% pour ses grandes capitalisations contre 3% pour celles des marchés émergents et 1,5% pour leurs conseurs américaines.

Notons l’effet de rattrapage, somme toute assez usuel en début d’année, sur les titres les plus malmenés au cours de l’exercice précédent à l’instar des sociétés de distribution (Zalando +19%, JD Sports +12%, H&M +11% etc.), ainsi que l’intérêt des investisseurs pour certaines valeurs jugées bon marché telles que les financières ou des profils plus cycliques comme Renault (+16%). Les grandes valeurs de croissance, luxe en tête, n’ont pas été en reste (LVMH +12%)

Au-delà du traditionnel regain d’appétit pour le risque de début d’année, ce rebond a été alimenté par la tendance à la désinflation en Europe (voir Le Chiffre) et au ralentissement de l’activité aux Etats-Unis, où deux statistiques majeures sont venues vendredi conforter cette perspective : d’une part l’indice d’activité des services (ISM), entré en territoire de contraction (49,6) après 30 mois consécutifs de croissance, l’indicateur des nouvelles commandes affichant un repli encore plus marqué (45,2, niveau de mai 2020). D’autre part, le rythme de création d’emplois a ralenti à 223 000 en décembre, soit une moyenne de 247 000 au cours des trois derniers mois, contre 366 000 lors des trois mois précédents et 667 000 fin 2021. La baisse du nombre de travailleurs temporaires est relevée par les économistes comme un indicateur avancé du refroidissement du marché du travail alors que la croissance des salaires nominaux recule à 0,3% en décembre, soit 4,6% en glissement annuel, son plus bas niveau depuis août 2021. Vendredi, dans la foulée de la publication de ce rapport, les taux américains à 2 et 10 ans ont perdu respectivement 25 et 15 bps.

Enfin, la Chine semble définitivement tourner la page de sa politique « Zéro Covid », ayant levé les restrictions frontalières en vigueur depuis 3 ans. Cette mesure devrait concourir à redynamiser une économie qui a enregistré en 2022 sa plus faible croissance en près d'un demi-siècle.

>> Lire l’analyse

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories