Parlons finance

Debrief de la conférence de CPR Asset Management par Bogdan Kowal

Le 8 juin, j’ai suivi la visio-conférence de CPR Asset Management avec Laëtitia Baldeschi et Malik Haddouk sur le thème : bilan/analyse du 1er semestre. Le tout animé par Arnaud Faller, qui a posé d’emblée les 3 questions qui taraudent les marché 

  • Un QE d’une centaine de milliards$ par mois est-il vraiment utile ?
  • Ce QE n’engendre-t-il pas trop de liquidités circulant en vase clos ?
  • La FED va-t-elle commencer à faire du « tapering », en clair, à réduire le montant de ses achats d’actifs et si oui quand ?

La réponse viendra, selon lui, de l’évolution des taux à 10 ans US. Soit ils montent doucement mais sûrement et les actions pourront alors poursuivre leurs hausses soit ils remontent vite et fort, brisant au passage l’élan haussier.

Comme toujours, je me limite aux informations peu ou pas entendues lors de mes 10 derniers webinaire macro-éco suivis sur le marché.

Laëtitia Baldeschi a insisté sur les points suivants :

  • 1 – L’économie américaine dispose d’1 trimestre d’avance sur l’Europe et le Japon

 

 

 

 

 

 

 

 

Et plus encore sur les marchés émergents, notamment asiatiques (hors Chine), plombés par leur retard en matière de vaccination et la pénurie de certaines matières premières et composants.

 

  • 2 – La pandémie a accentué le décalage entre l’offre et la demande.

D’un côté, une demande très forte engendrée par les plans de relances gouvernementaux. De l’autre, une offre qui peine à suivre (arrêts de production, sècheresses, contraintes sanitaires).

D’où, pénurie de certains biens : semi-conducteurs, bois, etc…

Pénurie qui se traduit par des stocks historiquement bas et des délais de livraison plus longs.

 

  • 3 – La pandémie bouleverse le marché du travail. Aux USA, le taux de chômage officiel est de 5,8 % mais 15 millions de personnes touchent encore une indemnité chômage alors que 8 millions d’offres d’emplois ne trouvent pas preneurs.

 

Conséquence, une accélération des salaires. Les salaires non cadres ont déjà augmenté de 6 % au T1. Pour attirer les talents, les entreprises vont devoir augmenter les salaires.

 

 

 

 

Ajoutez à cela, une hausse des coûts des matières premières et de livraison et vous obtenez tous les ingrédients pour stimuler l’inflation.

 

  • 4 – Actuellement, la FED achète pour 120 Mds$ par mois d’actifs dont 80 Mds€ d’actifs publics. Parallèlement, le Trésor US émet beaucoup pour financer les Plans de relance. Mais les montants considérables d’opérations de reverse repo pourraient pousser la FED à passer en mode « tapering »

 

 

 

A l’image de la Nouvelle Zélande qui pourrait commencer à remonter ses taux en septembre 2022. Ou du Brésil et de la Russie qui sont déjà passés à l’action.

 

 

 

 

 

Malik Haddouk a insisté sur les points suivants :

  • 1 – Les indices européens profitent le plus du rebond du S1 en raison de leurs fortes pondérations en valeurs cycliques et value. Et aussi, de leur chute en mars 2020…

  • 2 – Les bénéfices des entreprises s’améliorent partout dans le monde et les niveaux de marges progressent !

 

  • 3 – Le marché US est cher.

 

  • 4 – Chez CPR AM, on pense que l’inflation va accélérer dans les mois à venir. Mais aura-t-elle un impact négatif sur les marges de entreprises ? Réponse, non pour Malik Haddouk.

 

  • 5 – Lorsque l’inflation monte, cela profite généralement plus aux valeurs « value »

 

  • 6 – Mais les risques sont présents. Comme notamment la forte corrélation actuelle entre actions et obligations. Et surtout le fameuse indice SKEW, calculé à partir de prix d’options du S&P 500 qui traduit la perte de confiance des investisseurs et la probabilité d’une forte correction. Il se situe logiquement entre 115 et 140 et là vous voyez qu’il est plus haut.

 

  • 7 – Leur scénario central à 3 mois privilégie un retour progressif à la normale matérialisé par une hausse modérée des actions notamment européennes.

 

A court terme, Ils ont réduit leurs expositions actions car les marchés sont chers. Ils privilégient l’Europe, le Japon et l’Amérique latine. Ils sont sous-exposés en actions américaines. La poche actions est dominée par les valeurs value et cycliques.

Côté taux, ils ont désensibilisé les portefeuilles passant même en sensibilité négative sur les fonds les plus prudents

 Ils pensent que la FED va annoncer sous 3 mois son « tapering ». Premier élément de réponse la conférence de Jackson Hole dans le Wyoming du 26 au 28 août 2021.

Afficher plus

Le comptoir

Le Comptoir est une marque dédiée aux Conseillers en Gestion de Patrimoine du groupe Amundi. Il combine la puissance du grand groupe Amundi et la proximité de la boutique CPR AM historiquement proche des conseillers en patrimoine.

 

Il  repose sur un modèle unique dont l’objectif est d’accompagner les conseillers en gestion de patrimoine en leur donnant accès aux meilleures expertises du Groupe Amundi (Amundi Asset Management, CPR Asset Management, Amundi Immobilier) sur une gamme complète de solutions d’investissement. Le Comptoir c’est aussi une équipe commerciale épaulée sur le terrain par des gérants, des spécialistes produits et des économistes.

 

Depuis 2017, CPR AM développe une gamme thématique à dimension ESG et à impact sur des stratégies variées comme la chaîne de valeur alimentaire, l’éducation, le réchauffement climatique, l’urbanisation durable ou les inégalités. Déployée sur une offre de solutions dédiées et de fonds ouverts sur toutes les classes d’actifs, l’encours ESG s’élève à plus de 24 Mds d’euros à fin décembre 2020.

 

Pour en savoir plus : www.lecomptoir-cpr.fr

 

https://lecomptoir-cpr.fr/Nous-connaitre/Nos-equipes-a-votre-service

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page