Parlons finance

La malédiction du numéro 2 (DNCA Investments)

Pompidou n’a pas été l’exception qui confirme la règle : en 1969 lorsqu’il remporte l’élection présidentielle anticipée, cela fait déjà un an qu’il a quitté Matignon. Sous la cinquième République jamais Premier ministre en fonction n’a pris la rue du Faubourg Saint-Honoré : qui se lève rue de Varenne ne se couche à l’Elysée ! Si en France, être numéro deux passe pour une malédiction, en Russie, le devenir peut-être une condamnation. En 1934, Kirov, le second du PCUS est assassiné. Le meurtre du favori de Staline, dont on ignore toujours s’il a été commandité par le Vodj en personne a permis de justifier la plus grande campagne de (contre)-terrorisme de l’humanité au travers des purges et déportations staliniennes : “Pour moi, il est déjà clair qu’une organisation terroriste contre-révolutionnaire bien organisée est active à Leningrad” confie Staline dans un langage qui rappelle les années sanglantes de 1793 et 1794, celles qui ont donné naissance en France au mot et à la doctrine du terrorisme. (…)

 

Lire la suite

Afficher plus

Club Patrimoine

Club Patrimoine, média de référence destiné aux professionnels du patrimoine avec plus de 50 000 abonnés, vous propose toute l’actualité patrimoniale, financière et de ses acteurs.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page