A la UneParlons finance

NFT : peut-on les considérer comme un placement ? Par Thomas d’Hauteville (La Financière d’Hauteville)

Les cryptomonnaies sont très présentes dans l’actualité économique et financière. Et pourtant d’autres d’actifs utilisant aussi la blockchain commencent peu à peu à prendre de l’importance. Il s’agit des NFT. Un nouvel acronyme anglo-saxon pour désigner les Non Fungible Tokens c’est-à-dire des Jetons Non Fongibles. On entend par non-fongible un objet ou un élément qui n’est pas substituable/interchangeable par un autre exactement identique et de même valeur. Vous pouvez interchanger votre chaise de la marque X par une autre chaise de la marque X qui aura le même prix et exactement les mêmes caractéristiques. A contrario, un immeuble ou une œuvre d’art sont considérés comme des biens non-fongibles, uniques.

 

La nouveauté ici réside dans l’actif sous-jacent car il appartient au départ à l’univers du digital. Comment rendre non-fongible une image, une vidéo ou une œuvre d’art digitale qui est par essence duplicable à l’infini avec le fameux Ctrl C / Ctrl V ?

 

A sa création, chaque NFT est unique. Ce code est comparable à une empreinte numérique dont il n’existe donc qu’un seul exemplaire. C’est cette unicité associée à un phénomène de rareté qui permettra à un NFT d’avoir une valeur plus ou moins importante. Que vient faire la blockchain ici ? La blockchain va permettre aux NFT de circuler (achat/vente sécurisé et tracé de ces fameux codes et sous-jacent digital) et elle permettra aussi de les stocker et de les protéger dans un portefeuille numérique sécurisé comme le sont les bitcoins. Les NFT peuvent donc se définir comme le titre de propriété d’un objet numérique dont l’authenticité et la traçabilité, grâce à la blockchain, sont réputées inviolables.

 

Historiquement, on retrouve les premières traces de NFT autour de 2012. Mais ce n’est qu’en 2018 que ce phénomène prend véritablement de l’ampleur avec le jeu CryptoKitties qui permet d’élever des chats virtuels, un genre Tamagoshi 3.0. Dans ce jeu, chaque chat est unique et peut être acheté ou vendu. Cela peut vous faire sourire mais au final certains chats ont été vendus plus de 100.000$ ! Les NFT vont petit à petit devenir une classe d’actifs à part entière.

 

2 exemples pour illustrer l’ampleur du phénomène :

 

Comme beaucoup d’entre vous, j’ai collectionné les albums Panini et les images que l’on achetait au bureau de tabac par paquets entiers en espérant avoir la ou les cartes les plus recherchées, les cartes les plus rares. Aujourd’hui la start-up française Sorare propose des cartes virtuelles des plus grands footballeurs sous forme de NFT. Les chiffres donnent le tournis. Le NFT de la carte unique de Ronaldo s’est vendu 150 Ethereum (une cryptomonnaie concurrente du bitcoin) soit près de 300.000 euros. Parallèlement Sorare vient de boucler la plus grosse levée de fonds de la tech française avec une levée de 680 M€ valorisant la société à plus de 4 Mds€ et avec des prévisions de revenus pour 2021 de 100M€.

 

Un autre exemple datant de début 2021 avec l’artiste Beeple. Ce dernier a mis aux enchères chez Christie’s une œuvre regroupant sous forme de collage 5 000 images numériques réalisées au cours des 13 dernières années.  Le NFT de son œuvre a été adjugée pour… 69 M€ ! Beeple fait aujourd’hui partie des 3 artistes les plus chers au monde de leur vivant.

 

Le monde virtuel se substitue d’une certaine manière au monde réel et menace ou en fonction de son point de vue ouvre de nouvelles perspectives dans certains secteurs notamment le monde de l’art. Le trading et l’échange NFT se développent aussi de manière progressive. Ainsi OpenSea, une importante place de marché de NFT, a enregistré au cours de l’été 2021 lors d’un week-end, un volume de trading frôlant les 100M $ soit 4,5 fois plus que sur toute l’année 2020. Pour le seul mois d’aout 2021, le volume de transaction est monté à près de 3 Mds $.

 

De nouveaux actifs vont apparaître et vu l’engouement actuel et les prix atteints que ce soit dans l’art ou encore les cartes de collection, d’autres types d’actifs utiliseront les NFT à terme. On imagine facilement l’application des NFT à de nombreux domaines et actifs dans le monde réel permettant de garantir leur authenticité et leur droit de propriété.

Afficher plus

Thomas d'Hauteville

La Financière d’Hauteville a été fondée en 2019 par Thomas d’Hauteville. Diplômé de l EM Lyon, il débute sa carrière professionnelle dans la gestion d’actifs en tant que responsable de la distribution auprès des conseillers en gestion de patrimoine indépendants chez DNCA Finance. Pendant 6 ans, il participe activement au développement et à la croissance de la société. En 2012, il décide de rejoindre M&G Investments, acteur majeur de la gestion d’actifs en Europe. Il travaillera près de 7 ans en tant que responsable de la distribution auprès d’une clientèle de conseillers indépendants, de banquiers privés et d’institutionnels en France et à Luxembourg.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page