Retour
Actualités du patrimoine

Extendam : Hôtellerie, une année 2022 dépassant les prévisions

19
Jan
2023

Avec 288 hôtels en portefeuille ( murs & fonds ), EXTENDAM est le premier investisseur « pure player » de cette industrie en Europe avec le plus grand nombre d’hôtels économique et milieu de gamme détenus. Fondé sur un échantillon représentatif, l’indicateur a été construit à partir des données d’exploitation issues des hôtels du portefeuille d’EXTENDAM, des données de nos partenaires et d’analyses de marchés.

UNE ANNÉE 2022 DÉPASSANT LES PRÉVISIONS

Alors qu’il y a un moins d’un an, tous les experts du marché de l’hôtellerie se questionnaient sur le rythme d’une sortie de crise, anticipée entre 2023 et 2024, 2022 a dépassé les attentes et les meilleurs pronostics pour désormais oser la comparaison avec 2019, année historique, devenue année de référence sur le marché.

Force est de constater que 2022 a défrayé la chronique et s’est imposée comme l’année de la reprise partout en Europe, quel que soit le segment concerné. Clientèle loisirs et clientèle d’affaires ont été au rendez-vous tandis que la clientèle internationale a marqué un retour progressif, accentué par un phénomène de « revenge travel ». Malgré un contexte de durcissement économique et une géopolitique extrêmement tendue, 2022 est par ailleurs l’année du retour de la saisonnalité du secteur, d’une plus grande lisibilité du marché.

Des taux d’occupation en croissance et des prix moyens en forte hausse

Si, dans son ensemble, le marché n’a pas retrouvé ses niveaux d’occupation de 2019, les prix moyens ont amplement dépassé les attendus. Les RevPAR* sont ainsi en hausse et enregistrent même des records historiques.

L’Europe clôture ainsi l’année avec un taux d’occupation de 59 % au 31 décembre 2022 et un taux d’occupation moyen de 65 % (contre 72 % en 2019) tandis que les prix moyens s’envolaient à 110 € au 31 décembre pour s’installer sur une moyenne de 109 € sur toute l’année (contre 96 € en 2019).

La France enregistre en 2022 un taux d’occupation de 65 %, un prix moyen de 108 € pour conclure sur un RevPAR* de 70 € (à + 7 % par rapport aux références de 2019). Sur les 12 derniers mois, la France enregistre une croissance de son prix moyen de + 14 %, une performance dépassant l’inflation.

Si ces résultats s’expliquent par une nette reprise de l’activité dès le second trimestre sur les différents marchés, ils reflètent aussi une très bonne prise en main de l’inflation par le secteur et rappellent un constat que la crise de la Covid-19 nous avait presque fait oublier : le décalage structurel entre l’offre et la demande d’hébergement hôtelier en Europe.


Lisibilité retrouvée et rééquilibrage des territoires

Bonne nouvelle, 2022 marque également le retour d’une saisonnalité de fréquentation hôtelière et offre ainsi une meilleure lisibilité du marché pour les exploitants et les investisseurs. Après une réelle reprise de l’activité au second trimestre, la dynamique s’est poursuivie pendant l’été, comme en 2021, tandis que le quatrième trimestre de l’année affichait des résultats extrêmement solides, notamment sur octobre/novembre. En France, si son taux d’occupation reste inférieur à 2019 (- 2.5 points), novembre 2022 a davantage performé en affichant une progression du prix moyen plus forte que l’année de référence de + 12.5 %. Une croissance très encourageante pour une traditionnelle moyenne saison. Tendances que le Portugal et le Royaume-Uni ont respectivement confirmé avec + 16 et 11 % de RevPAR*. Le retour de la saisonnalité hôtelière s’accompagne d’un second mouvement de fond structurant. Les prix affichés et réalisés selon les différentes catégories d’établissements sont désormais cohérents avec leur standing. Cela profite au marché haut de gamme qui renoue avec des prix moyens élevés. Ces derniers évoluent de 10 à 23 % selon les villes par rapport à l’année 2019.

En France, l’année a également été rythmée par un rattrapage des performances des régions par Paris et l’Île-deFrance. Les régions qui avaient fait preuve de résilience face à la crise sanitaire voient leur taux d’occupation 2022 atteindre 62 % et réduisent ainsi encore un peu plus l’écart avec 2019 (- 3 points). Le prix moyen, toutes catégories confondues, est en hausse + 11 % par rapport à 2019 en atteignant de 88 €. Les villes de Marseille (100 €), Toulon (95 €), Strasbourg (95 €) ou Nice (187 €) contribuent à cette performance globale.

L’Île-de-France, portée par le dynamisme retrouvé de la capitale, atteint 65 % de taux d’occupation et 89 € de prix moyen. Paris atteint des records de RevPAR* (155 €, soit + 15 % par rapport à 2019) via un prix moyen élevé de 205 € et un taux d’occupation de 75 % qui continue de se renforcer pour clôturer 2022 à – 5 points de 2019. Sous l’impulsion d’une année 2022 performante, le début d’année 2023 enregistre d’ores et déjà des portefeuilles de réservations satisfaisants. Néanmoins au regard du contexte géopolitique, de l’inflation ou des hausses des taux d’emprunts, la prudence sur les projections de 2023 reste de mise.

*RevPAR : (Revenue Per Available Room) est le revenu moyen par chambre disponible par jour sur l’année.

>> Lire le baromètre

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories