Retour
Économie

Cogefi : le risque de récession s'éloigne

icone de calendrier
17
Jul
2023
Cogefi : le risque de récession s'éloigne

Les marchés ont montré beaucoup de résilience au cours du 2ème trimestre. En Europe, les indices actions se sont maintenus sur une ligne de crête, aux États-Unis la progression a été spectaculaire avec une hausse de 12,8% pour le Nasdaq et de 8,3% de S&P 500, portés par l’adoption rapide de l’intelligence artificielle, la résolution éclair de la crise bancaire et la reprise des indicateurs macroéconomiques. Faut-il alors conclure que le point bas du cycle est déjà derrière nous ? C’est encore prématuré, mais le risque de récession globale s’éloigne, tout au moins aux États-Unis.

En Europe, les signaux sont encore faibles. L’Allemagne est officiellement tombée en récession technique, impactée par une reprise chinoise jusqu’ici décevante. Des phénomènes de déstockages sont venus impacter certaines industries générant des avertissements sur résultats. C’est le cas notamment pour Lanxess et DSM Firmenich dans la chimie ou encore Sartorius Stedim (fournisseur de solutions pour l’industrie biopharmaceutique). La baisse de la demande d’appareils électroniques a également impacté les semi-conducteurs. Les publications de résultats du 2ème trimestre seront donc à suivre attentivement, et nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles déceptions.

Néanmoins, le retournement n’est peut-être pas loin. Après cinq mois de contraction des livraisons de smartphones en Chine, ces dernières rebondissent fortement en juin (+22%). Le fabricant de semi-conducteurs américain Micron a présenté des prévisions optimistes, évoquant l’impact de l’intelligence artificielle, la réduction de la surabondance de mémoires et la fin de la correction des stocks de mémoires. Aux États-Unis, les ventes au détail sont à nouveau en progression, les indicateurs immobiliers se reprennent, l’emploi est toujours au plus haut, et le PIB du 1er trimestre est ressorti meilleur qu’attendu à 2% contre +1.3% précédemment estimé. Une épargne des ménages toujours soutenue et un faible endettement des entreprises expliquent en partie cette résilience. En Chine, si les chiffres sont encore décevants, un stimulus budgétaire pourrait s’ajouter au stimulus monétaire, pour atteindre les 5% de croissance attendues par le gouvernement.

En outre, les derniers chiffres d’inflation montrent un repli bien réel, ce qui prouve que les effets des hausses de taux se matérialisent. Ainsi, même si les banques centrales restent toujours déterminées à lutter contre l’inflation, le plus gros du resserrement monétaire est derrière nous. La pause de la FED en juin, après une série de 10 relèvements de taux consécutifs, n’a ainsi pas déplu aux marchés.

Même si les publications trimestrielles débutant mi-juillet seront source d’une hausse de la volatilité, nous restons constructifs au-delà et sommes prêts à saisir les opportunités qui se présenteront. Nos choix d’investissement portent toujours sur un socle de valeurs de qualité que l’on retrouve notamment dans le secteur du luxe qui continue de passer des hausses de prix, dans les entreprises technologiques bénéficiant du développement de l’intelligence artificielle, ou encore dans les loisirs avec la vigoureuse reprise des voyages. Aux côtés de ces choix d’investissement, nous avons également introduit quelques valeurs décotées que l’on trouve dans le secteur du pétrole, ou encore dans l’automobile.

>> Lire l’article

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories