Retour
Économie

Erasmus Gestion : la lutte sera plus longue

icone de calendrier
22
Jun
2023
Erasmus Gestion : la lutte sera plus longue

La semaine passée, les décisions de la Fed, de la BCE et de la Banque du Japon ont été conformes aux attentes. Il devrait en être de même la semaine prochaine pour la Banque d’Angleterre et la Banque nationale suisse.

Pour autant les réunions de la BCE et du FOMC ont réservé leurs lots de surprises.

La BCE a sensiblement revu à la hausse ses prévisions devant l’atteinte des objectifs. Dans l’attente de plus de chiffres, il faut considérer comme acquise une nouvelle hausse de 25bp lors de sa réunion de juillet.

La Fed est en phase de pause, ceci car les résultats de sa politique monétaire sont plus probants. C’est cependant pour que cette phase de pause ne crée pas trop d’illusions chez les investisseurs que les membres du FOMC se sont montrés particulièrement pessimistes dans leurs projections, ouvrant la voie à d’autres hausses des taux directeurs après la pause en cours.

Alors pourquoi les marchés ont-ils bien pris ces prévisions ? Sans doute parce qu’elles donnent davantage de visibilité sur les mois à venir même si elles enlèvent quelques illusions. 


Europe

1. La BCE a relevé de 25bp, comme attendu, ses taux directeurs (15/6). Après la conférence de Christine Lagarde on peut considérer comme acquise une nouvelle hausse de 25bp lors de la réunion du 27 juillet. Pour la suite cela dépendra des chiffres d’inflation bien sûr, mais aussi de croissance qui, eux, pourraient décevoir. Cependant, à juste titre selon nous, les marchés de futures ont reporté les premières baisses de taux au-delà des premiers trimestres de 2024.


2. La BCE a relevé ses prévisions d’inflation de 0,1% pour les 3 prochaines années : 2023 à 5,4%, 2024 à 3,0% et 2025 à 2,2%, hausses encore plus élevées aussi pour l’inflation sous-jacente. Elle a baissé de 0,1% ses prévisions de croissance à 0,9% pour 2023 et pour 2024 à 1,5%.


3. Pour autant la forte chute de l’inflation en mai a bien été confirmée à 6,1% après 7% en avril et la hausse des salaires a aussi fortement ralenti à 4,6% au T1 2023 après 5% au T4 2022.


4. Nous pensons que la BCE a voulu alerter un marché trop complaisant mais qu’inflation et croissance seront bien plus faibles que ses projections pour 2024 et sans doute 2025.


5. En début de semaine (13/6) l’indicateur ZEW s’était redressé de 2,2pts à -8,5, stoppant une série de reculs commencée en février pour l’Allemagne. Léger recul du ZEW pour l’Euro zone à -10 (-0,6pt).

États-Unis

1. Nombreux indicateurs d’inflation, rassurants cette semaine. L’indice des prix (13/6) a monté de 0,1% en mai et sur un an sa hausse passe de 4,0 en avril à 4% en mai. Si l’inflation sous-jacente a progressé de 0,4% sur le mois, l’inflation » super core » n’est plus que de 3% et 4,1% sur 3 et 6 mois annualisés.


2. Les prix à la production (PPI 14/6) ont reculé de 0,3% en mai, ramenant leur progression sur un an à 1,1%, la plus faible depuis décembre 2020.


3. Les prix des produits importés ont reculé de 0,6% en mai et leur recul est de 1,6% sur un an (15/6).


4. Le Federal Open Market Committee (14/6) après 10 hausses des taux consécutives, a laissé les taux directeurs de la Fed inchangés tout en prévoyant deux nouvelles hausses d’ici la fin de l’année, ce qui nous semble improbable. La récente remontée des conditions de financement représente l’équivalent de 25 à 50bp de hausse des taux, aussi nous sommes sceptiques. Pour nous il s’agit de communication.


5. Hausse de 0,3% des ventes au détail en mai (15/6).


6. Petit rebond à 89,4 en mai après 89,0 en avril de l’indicateur de la NFIB (National Federation of Independent Businesses 13/6). Si l’activité reste stable, l’accès au crédit est le plus difficile depuis 10 ans. Les pressions sur les prix et les tensions sur le marché du travail s’allègent mais très progressivement.


7. Les indicateurs régionaux (15 :6) reflètent une certaine résilience de l’activité manufacturière : l’Empire State (New York) progresse de 43,3 à 51,5 alors que le Philly Fed s’effrite de 47,9 à 47,5.


8. Le sentiment des consommateurs mesuré par l’Université du Michigan (15/6) s’améliore à 63,9 en juin après 59,2 en mai, notamment grâce au recul des prix de l’énergie.

Asie

1. La Chine a baissé (13/6) de 10bp son taux de repo pour supporter l’économie.


2. Ceci s’ajoute aux mesures déjà annoncé de soutien à l’immobilier résidentiel.


3. Car un ralentissement semble se généraliser : investissement 4,0 % en mai vs 4,7%, ventes au détail 12,7% vs 18,4%, production industrielle 3,5% vs 5,6%, Croissance des crédits 11,4% vs 11,8% ou masse monétaire M2 11,6 % vs 12,4%.

Marchés et Fonds

1. Le Global Fund Manager Survey de BofA (Michael Hartnett) montre que les investisseurs ont coupé leurs positions de trésorerie qui est au plus bas depuis 19 mois, ainsi que leurs positions en actions, matières premières au profit de l’immobilier (REITs), de la technologie et des obligations IG.


2. Les consensus IBES de BPA du Stoxx600 pour 2023 et 2024 ont à nouveau été révisés à la hausse cette semaine de 0,2% et 0,1% respectivement et les attentes sont désormais à +1% pour 2023 et +7% pour 2024. Le multiple à 12 mois est désormais de 12,4X les BPA.


3. Sur le dernier mois, le consensus FactSet sur le S&P500 est stable pour 20234 et en hausse de 0,1% pour 2024 mais depuis le début de l’année le recul est de 6,4% pour 2023 et de 10,1 % pour 2024. Sur 3 mois les révisions sont proches de la stabilité, après de fortes révisions à la baisse en tout début d’année, les publications du T1 ont rassuré les analystes.


4. Belles hausses des marchés et de nos fonds cette semaine, hausse tirée par les mégacapitalisations.


5. Une vente sur FCP Mon PEA, celle de Kering et Léa a acheté pour Erasmus Mid Cap Euro l’entreprise allemande Puma, spécialisée dans la création et la commercialisation d’articles de sport sous les marques Puma et Tretorn, CA répartit entre chaussures (46,5%), vêtements (37%) et accessoires (16,5%)

>> Lire l’article

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories