Retour
Économie

Dans un contexte de baisse généralisée, la Chine fait exception (Primonial)

icone de calendrier
3
Nov
2023
Dans un contexte de baisse généralisée, la Chine fait exception (Primonial)

La tendance reste maussade sur les actifs risqués, même si les tensions sur les taux obligataires semblent s’être calmées. Les actions mondiales chutent de 2,11 % (MSCI World en USD) et les actions américaines sous-performent leurs homologues européens : le S&P 500 (en USD) baisse de 2,52 % alors que le Stoxx 600 n’abandonne que 0,95 %.

Pourtant la première estimation du PIB américain pour le 3e trimestre ressort fortement en hausse à 4,9 % (en rythme annualisé), soit la meilleure progression depuis 2 ans. La force de l’économie américaine surprend toujours les analystes et accrédite l’hypothèse des taux « higher for longer » martelé par le Président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell. De leur côté, les taux se sont plutôt légèrement détendus (le 10 ans américain finit la semaine autour de 4,85 %) principalement grâce à la baisse de l’indice des prix PCE sur l’ensemble des biens et des services consommés par les ménages américains : + 3,4 % sur le Q3 alors qu’il s’établissait à 3,9 % au Q2. Les publications d’entreprises ne contribuent pas non plus à l’enthousiasme notamment dans les grandes « techs » qui connaissent plutôt des résultats trimestriels en demi-teinte ; le Nasdaq perd 2,61% sur la semaine.

En Europe, les marchés obligataires ont plutôt davantage réagi aux mouvements des taux américains qu’à la conférence de presse de la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde. Même si elle a annoncé une pause dans le resserrement monétaire, ses propos ont été empreints de beaucoup de pessimisme sur l’état de l’économie de la zone euro. Elle considère que les risques inflationnistes persistent, notamment accentués par la crise au Moyen-Orient. La publication de l’indice PMI composite en zone euro montre un fort recul à 46,5. Si on enlève l’épisode de la pandémie en 2020, cet indice est au plus bas depuis 2013. Ainsi la contraction de l’économie européenne s’intensifie avec une baisse de la demande dans le secteur des services et une légère destruction d’emplois notamment dans le secteur manufacturier.

Enfin, la Chine renoue avec des performances plutôt positives (MSCI China + 2,50 %), alimentées par un plan de relance qui aggrave de façon significative le déficit budgétaire 2023.

>> Lire l’analyse

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories