Retour
Économie

Erasmus Gestion : Lever le pied : OUI, Faire machine arrière : NON

24
Jan
2023

Les attentes sur l’évolution des taux d’intérêts, directeurs ou de marchés, dirigent les marchés boursiers.

La semaine passée, le ralentissement de l’activité et celui de l’inflation font qu’il est possible que lors de son rdv des 31 janvier-1er février la Federal Reserve ne relève que de 25bps ses taux directeurs, sans s’engager pour la suite. Pour la BCE se sont toujours des hausses de 50bps pour février et mars que nous attendons. En effet il semble qu’un accord soit intervenu en décembre pour qu’en échange d’un relèvement de 50bps en décembre au lieu des 75bps que souhaitaient certains, les autres membres se soient engagés à ce que les deux hausses suivantes soient de 50bps. C’est plus ou moins ce qu’a rappelé vendredi le gouverneur de la banque des Pays-Bas, Klaas Knot.

En attendant, les marchés continuent de regarder les chiffres d’inflation et les premières publications de résultats de 2022.


Europe
1. L’indice ZEW pour l’Allemagne a fortement surpris cette semaine (17/1), les perspectives passant d’un mois sur l’autre de -23,3 en décembre à +16,9 alors que le consensus était à -15. Les conditions actuelles s’améliorent mais beaucoup plus modestement. Cette évolution rejoint celle du Sentix publié la semaine passée.



2. Ce sont ces deux indicateurs qui ont permis au chancelier allemand Olaf Scholz de déclarer qu’il n’y aurait pas de récession en Allemagne cette année. Sans que ce soit quelque chose d’acquis, plusieurs économistes rejoignent ce point de vue et actent dans leurs prévisions une faible croissance pour l’Allemagne et la France en 2023.



3. Faible croissance mais avec des bouleversements en matière de consommation : les voyages, vacances et loisirs sont privilégiés par les ménages qui réduisent leur consommation agro-alimentaire ou descendent en gamme.



4. Confirmation du recul de l’inflation en Eurozone à 9,2% en décembre après 10,1% en novembre (18/1).



5. Les ventes automobiles en Eurozone ont reculé de 4,6% en 2022, affectées par les pénuries de certains composants au S1 (18/1). Le ralentissement économique et la faible croissance chinoise au S1 pèseront sur les ventes 2023.



6. Pour Oxford Economics, pas de récession en France en 2023 mais une croissance de 0,1% après 2,5% en 2022 et avant 1,6% en 2023. Leurs attentes en matière d’inflation sont spectaculaires : +5,1% en 2022, +5,0% en 2023 mais +1,2% en 2024 et +0,7% en 2025.


États-Unis

1. Faiblesse des ventes au détail en décembre à -1,1%, après -1,0% en novembre (18/1). La consommation, qui représente 70% du PIB américain, semble entrain de flancher. Mauvais signe pour la croissance dans lequel les marchés financiers ont vu un bon signe d’accélération de la désinflation.



2. Espoirs de désinflation qui se construisent aussi sur le recul du PPI, production price index, -0,5% en décembre vs un consensus à -0,1% et après 0,2% en novembre. Sur un an le PPI progresse de 6,2% et le core PPI de 4,3%, leurs plus modestes hausses depuis mars 2021.



3. Mauvais indicateurs manufacturiers régionaux : l’Empire State Manufacturing, région de New York (17/1) est passé de -11,1 en décembre à -32,9 en janvier, au plus bas depuis mai 2020 ; le Philly Fed (19/1) région de Philadelphie, n’a pas rassuré en passant de -13,7 en décembre à -8,9 en janvier, il est négatif pour le 5ème mois consécutif.



4. L’immobilier résidentiel a probablement passé son creux, sans pour autant rebondir. Le NAHB Homebuilders Survey passe en janvier à 35 contre des attentes à 31 et 31 en décembre (18/1). La baisse des taux des crédits hypothécaires commence peut-être à avoir de l’effet. En décembre baisse de 1,6% des demandes de permis de construire et de 1,4% des mises en chantier (19/1). Les ventes des maisons existantes ont reculé de 1,5% en décembre (20/1). Le prix médian d’un logement a reculé de 1,5% à 366 900$ et sa hausse sur un an est tombée à +2,3% après +4,0% en novembre et un pic de +25% en mai 2021.

Asie

1. En Chine aussi le prix des nouveaux logements recule, -0,25% en décembre comme en novembre (16/1). C’est une chute continue depuis septembre 2021 alors que les promoteurs connaissent d’importantes difficultés de trésorerie. Le prix des logements existants recule plus rapidement, 0,41% par mois depuis août dernier.



2. L’activité chinoise a cependant mieux résisté qu’attendu en fin d’année malgré la vague de cas Covid (17/1). Le PIB du T4 a été publié à +2,9% alors que le consensus était à +1,6%, la production industrielle a progressé de 1,3%, les attentes étaient à 0,1% et les ventes au détail ont reculé de 1,8%, elles étaient attendues en recul de 9%.



3. Conformément au consensus, les exportations japonaises ont progressé de 11,5% en décembre (19/1).



4. L’inflation touche le Japon à 4,0% en décembre après 3,8% en novembre (20/1). La BoJ a coupé de 0,2% sa prévision de croissance pour 2023 à 1,7%.

Marchés et Fonds

1. Le Global Fund Manager Survey de BofA, Michael Hartnett, reflète une attitude encore prudente des investisseurs, mais bien moins qu’au T4. Ils ont réduit le cash dans les fonds et les craintes de récession sont au plus bas depuis 6 mois sous l’effet du changement de politique sanitaire de la Chine et des attentes de la Fed. Les objectifs de fin d’année sont pour le 10 ans US 3,6% et pour le S&P500 3900 pts (niveau actuel 3972).



2. Les rotations stratégiques du mois de janvier sont en faveur des marchés émergents, de l’Eurozone, des Utilities et des industrielles et au détriment de la santé, de la technologie et des États-Unis qui connaissent leur plus importante sous pondération depuis octobre 2005.



3. Selon EPFR Global collecte sur tous les actifs en ce début d’année : obligations, actions et monétaire. Sur les actions forte collecte des émergents (9,8Mds$) aidés par la Chine (6,7Mds$).



4. Fortes révisions à la baisse des consensus IBES des BPA 2023 et 2024 du Stoxx600 : -0,8% et -0,6% sur la semaine dernière. Les attentes sont à +1,8% pour 2023 et +6,4% pour 2024. Le multiple 12 mois forward est maintenant de 2,4X.



5. FCP Mon PEA et Erasmus Mid Cap Euro suivent leurs indices dans de modestes retraits cette semaine, Erasmus Small Cap Euro à la hausse au contraire.



6. Pour Erasmus Mid Cap Euro Léa a cédé Carl Zeiss Meditec et acheté le néerlandais Alfen Beheer, spécialiste des solutions énergétiques de demain, réseau intelligent et transport d’électricité, et le loueur automobile allemand Sixt SE. Aymeric pour Erasmus Small Cap Euro ouvre une position en New Work, opérateur allemand d’un réseau pour professionnels des pays germanophones, sa plateforme Xing leur permet de trouver emplois et missions. 

>> Lire le point macro

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories