Retour
Actualités du patrimoine

Graph du jour : les raisons motivant la rédaction d’un testament

16
May
2024
L’héritage se démocratise, avec près de 80% des Français qui estiment être en mesure d’en léguer un, mais ne l’anticipent toujours pas.
Les Français et la succession, observatoire des solidarités intergénérationelles ifop pour ASAP-FAPES, avril 2024

Quelles sont les principales raisons motivant la rédaction d'un testament ?

À l’occasion de la Journée Internationale des familles, ASAC-FAPES publie, avec l’Ifop, l’Observatoire des solidarités intergénérationnelles* qui décrypte les préoccupations et pratiques financières des familles françaises en matière de succession, de transmission et de donation.

Selon ce premier Observatoire des solidarités intergénérationnelles, 44% des Français déclarent avoir déjà bénéficié d’un héritage et près de 80% s’estiment en mesure d’en faire bénéficier leurs proches à l’avenir (78%). Un score relativement important qui rassemble toutes les générations (86% des séniors et 75% des jeunes entre 18 et 24 ans pensent être en capacité de léguer un héritage à l’avenir) et les classes sociales (87% des CSP+ et 71% des employés et ouvriers), signe d’une démocratisation de la transmission et d’une volonté de consolider la situation économique et sociale de sa descendance.

Un héritage pas seulement destiné aux enfants


Pas que la descendance directe d’ailleurs ! En effet, le schéma classique de transmission ne semble pas toujours être privilégié. Ainsi, parmi les près de 80% des sondés en capacité de léguer un héritage, si 64% s’estiment en capacité à léguer à leurs enfants, 14% souhaitent aussi en faire profiter d’autres membres de leur famille, 4% des personnes en dehors de leur famille (amis, relations...) et 4% reverseraient leur héritage à des organisations tierces telles que des associations. Plus d’un Français sur 10 serait également enclin à sauter une génération dans l’ordre de succession pour léguer à leurs petits-enfants plutôt qu’à leurs enfants.


Moins de 15% des Français ont déjà pensé à rédiger un testament


Malgré le fait de vouloir sortir des sentiers battus en matière de succession, une faible minorité l’anticipe et la prépare. En effet, à la question de l’intention de rédiger un testament, plus de 60% des Français répondent par la négative. Seule 14% de la population a déjà fait la démarche de rédiger un testament et 23% se projettent dans cet exercice.
Les jeunes de 25-34 ans, se distinguent avec plus de la moitié d’entre eux ayant rédigé un testament ou en ayant l’intention (51%, soit +14 points par rapport à la moyenne des Français). Au contraire leurs ainés, retraités, sont très peu moteurs dans la planification de leur succession avec seulement un tiers de réponses positives sur la rédaction d’un testament ou son intention, quand bien même sont-ils plus nombreux à avoir déjà bénéficié d’un héritage et à disposer de plus de patrimoine.

Source : ASAC FAPES

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques
Club patrimoine

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories