Retour
Private Equity

« Privilégier les stratégies de Growth Buyout, avec moins d’effet de levier » Edouard Leurent, Opale Capital

11
Jun
2024
Avec la remontée des taux, investir en Private Equity avec un fort effet de levier devient plus compliqué.

Opale Capital, la plateforme d’investissement en Private Equity et en Dette Privée de Tikehau Capital, propose une stratégie de Growth Buyout, c’est-à-dire d’investir dans des entreprises déjà rentables pour démultiplier leurs performances. Edouard Leurent, Directeur Commercial d'Opale Capital, nous explique les atouts de cette stratégie.

Présentez-nous Opale Capitale.

Edouard Leurent : Nous sommes la plateforme d'investissement en Private Equity et en Dette Privée de Tikehau Capital. Nous avons une offre à partir de 100 000€. Nous allons sélectionner des fonds de référence mondiale et aussi des fonds sous les radars sur des stratégies de secondaire, de growth buyout et de dette privée. Tikehau Capital investit ses fonds propres dans chacun des fonds que nous sélectionnons pour assurer l'alignement d'intérêts et montrer que nous croyons véritablement dans notre sélection.

Quelle stratégie d'investissement mettez-vous en avant ?

EL : Une stratégie de growth buyout. Ce sont des fonds qui achètent des entreprises qui vont très bien. Parce qu'elles sont en croissance et rentables. Ces fonds vont essayer de démultiplier la performance de ces entreprises en y investissant des capitaux et de l'intelligence, et en faisant de la création de valeur opérationnelle.

Quelles sont les avantages de cette stratégie ?

EL : La plupart des fonds de Private Equity sont des fonds qui ont fait leur performance dans le passé sur de l'effet de levier financier. Nous pensons qu'avec la remontée des taux qui a eu lieu en 2022, l'effet de levier financier va être très difficilement réplicable dans les années qui viennent. Des fonds de growth buyout qui ont fait leur performance passée sur justement la création de valeurs opérationnelles, ça nous paraît complètement réplicable. La création de valeur opérationnelle, c'est l'internationalisation, l'optimisation des processus et la croissance externe, racheter des concurrents, racheter des fournisseurs, racheter des clients, etc.

Quels sont selon vous les fonds qui vont le mieux performer sur cette stratégie ?

EL : C'est justement ce à quoi nous avons essayé de réfléchir chez Opale Capital, avec les experts de Tikehau Capital, et il y a trois critères principaux que nous avons retenus pour sélectionner des fonds sur cette stratégie. Le premier critère, c'est sélectionner des fonds qui vont investir sur des secteurs qui vont eux-mêmes surperformer. Par exemple la santé, la tech B2B, la cybersécurité et la décarbonation. Selon nous, ces quatre secteurs vont surperformer, donc si les fonds investissent sur des secteurs qui vont surperformer c'est plutôt intéressant. Le deuxième critère, c'est d'avoir des fonds spécialistes, des fonds qui ont en interne les experts pour faire la création de valeurs opérationnelles. Ça veut dire que dans les fonds de santé, il y a des anciens médecins et des anciens de laboratoires pharmaceutiques dans les équipes d'investissement. Le fonds de cybersécurité, il y a des anciens de la DGSI et des anciens de EADS dans les équipes d'investissement. Ils ont en interne la création de valeurs opérationnelles. Et le troisième critère, c'est le track record sur la création de valeurs opérationnelles. Par exemple, il y a un fonds que nous avons sélectionné un fonds au UK, c'est un fonds santé, donc nous pensons que le secteur va surperformer. Ils sont composés de médecins et d'anciens laboratoires pharmaceutiques dans les équipes d'investissement. Et eux, là où ils sont très forts, c'est pour acheter une entreprise championne de la santé en Europe et en faire un champion de la santé aux États-Unis. Si vous avez fait ça 15 fois, si vous avez des experts en interne qui vous ont permis de le faire, c'est réplicable 30 fois, 50 fois, etc.

Quels sont les fonds que vous avez retenus ?

EL : Ce que veulent nos partenaires, c'est un produit très diversifié, avec une très bonne sélection et peu de frais. Nous avons un produit diversifié en termes de secteur, avec les quatre secteurs dont j'ai parlé, diversifié en termes de géographie. Nous avons à peu près 50% en Europe, 50% aux États-Unis, diversifié en termes de nombre de fonds. Nous avons six fonds dans le portefeuille, avec à la fois des fonds de référence mondiale très connus, et des fonds sous les radars, pour de très bonnes raisons. Et enfin, diversifiés en termes de nombre d'entreprises, nous avons à peu près une centaine d'entreprises en sous-jacent, donc c'est véritablement un portefeuille complet pour les particuliers. Et pour connaître le nom des fonds, parce que c'était votre question...  Pour connaître le nom des fonds, j'invite les CGP, les Family Offices et les banquiers privés à aller sur le site opalecapital.com et dans leur espace partenaire, ils trouveront tous ces éléments.

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories