Retour
Fonds

"Notre analyse du risque différenciante fait la complémentarité de Ginjer Actifs 360" Bruno Zaraya (Ginjer AM)

icone de calendrier
15
Dec
2023
Comment c’est comporté Ginjer Actifs 360 en 2023 ? Quelle place lui donner dans une allocation ? Quels perspectives pour 2024 ? Bruno Zaraya, Directeur Commercial de Ginjer AM.
"Notre analyse du risque différenciante fait la complémentarité de Ginjer Actifs 360" Bruno Zaraya (Ginjer AM)

Vincent Touraine : Bonjour à toutes et à tous. 2023, une année inégale mais favorable au marché actions. Dans un tel environnement, où en est le fonds diversifié Ginjer Actifs 360 ? Quelles sont ses perspectives ? Nous en parlons avec Bruno Zaraya. Bonjour.

Bruno Zaraya : Bonjour Vincent.

VT : Vous êtes Associé chez Ginjer AM. Merci beaucoup d'être avec nous. Jusqu'ici l'année est plutôt bonne pour les actions, malgré un contexte incertain. Comment est-ce que vous expliquez ça ?

BZ : Vous avez raison de rappeler que le contexte est très incertain. Il l'est depuis très longtemps, puisque depuis quelques années, nous sommes entre la peur et le fait d'être rassurés. Donc, le marché monte et baisse en fonction du climat et de l'instinct du moment. 2023 ressemble à s'y méprendre à 2022. Nous avions les mêmes peurs : peur de l'inflation, peur de la récession, une guerre au nord de l'Europe, là une guerre beaucoup plus au sud. Donc, il y a toujours ces mêmes peurs. La vraie surprise, c'est, au moment où tout le monde a ces peurs-là, où les gens ne font qu'alléger leurs positions, voire ne pas être présents sur les marchés actions, de voir des marchés qui continuent à monter. Ce sont à peu près les mêmes philosophies et moi, ça me marque toujours auprès des clients, les clients vous disent : j'ai raté le train. Je vais attendre une correction pour pouvoir investir. Cette année, c'était le cas déjà puisque début février le marché est déjà autour de 11-12 % sur le CAC, sauf que quand la correction s'appelle potentiellement crise ou risque de faillite bancaire, ce qui n'est pas du tout le cas pour nous, mais ce qui était le cas dans la presse et dans les différents éléments de marché, et bien est très il est difficile de mettre en place sa conviction. 2022, comme 2023, montre la pertinence d'avoir des outils différents, et c'est le cas chez Ginjer, une analyse du risque différente qui nous a permis de garder le cap, 2 de nous exposer et 3 d'expliquer à nos clients et nos partenaires que bien souvent, et jusqu'à maintenant encore, les peurs et les craintes restent des peurs et des craintes, non des risques comme nous avons pu le croire.Par exemple, sur les peurs de faillites bancaires en mars. Sur les banques américaines. Comme nous pouvons le croire sur les peurs de contagion comme il y a quelques semaines de la crise du Moyen-Orient à d'autres pays du Moyen-Orient. Aujourd'hui, nous sommes toujours là pour essayer d'acheter ce qu'il y a de mieux pour nos clients. Et le couple rendement-risque, le meilleur sur les marchés actions, il se voit sur les valorisations, sur la performance cette année. Et je crois que cette année, il était très difficile d'être exposé au regard des nouvelles, des informations, des éléments. Finalement, le climat et le sentiment sont à l'opposé de la performance du marché actions.


VT : Parlons de la façon dont se comporte votre fonds diversifié Ginjer Actifs 360 dans ce contexte.

BZ : Nous sommes restés fidèles à la fois à notre discipline de travail, à notre lecture du risque et à notre approche. Déjà en 2022, nous considérions que tout le monde parlait de récession pendant quasiment toute l'année. Alors ça sera la récession la plus attendue de l'Histoire. Elle arrivera bien un jour, peut-être pour quelques semaines, mais tout le monde en parle en 2022. Durant l'année 2022, nous nous sommes rendus compte que ce n'était pas une récession mais un fort ralentissement organisé par les banquiers centraux. C'était attendu pour 2023, nous nous rendons compte que finalement, en regardant les prévisions du FMI, de la BCE et autres, que finalement la croissance tient mieux qu'attendu. En tout cas, le ralentissement est fort et organisé, mais ce n'est pas une récession monde entier et les Etats-Unis tiennent très bien. Finalement, nos outils ont permis de garder un cap et de conserver une exposition au marché actions importante dans notre portefeuille, et donc de profiter pleinement de la hausse du marché actions que nous avions anticipée déjà l'année dernière, que nous espérions encore et nous pensons qu'aujourd'hui, alors il y a toujours des changements, donc nous sommes très vigilants, nous les surveillons nos 3 fonds comme le lait sur le feu, mais nous pouvons vous dire que le risque est surestimé. Nous ne disons pas que tout est beau et que tout est mieux partout, nous disons juste que peut-être l'anticipation est beaucoup plus noire que la réalité et donc une moins mauvaise nouvelle entraîne des rebonds importants sur les marches actions.

VT : Vous pouvez faire varier votre  exposition aux actions de 0 à 100 % ?

BZ : Tout à fait.

VT : Vous êtes à combien ?

BZ : Nous sommes autour de 72 % en actions.

VT : Parlez-nous de la façon dont Ginjer Actifs 360 s'utilise dans une allocation d'actifs globale ?

BZ : Vous avez raison de souligner le mot "global". Ce n'est pas une martingale. Ce n'est pas le produit magique, mais nous avons démontré par le passé, en 2020, en 2016, en 2022, que nous étions capable de garder un cap et que la discipline de travail apportait des éléments différenciants à nos clients. Donc la question n'est pas de se dire est-ce que je dois ou pas l'utiliser, c'est dans quelle pondération je dois l'instaurer. Donc pour nous, c'est entre 5 et 15 % d'un portefeuille. Ça vient en complément de ce qui existe aujourd'hui parce que, et dans l'approche du risque et dans l'implémentation de portefeuille et dans la sélection des valeurs, nous travaillons très différemment de tout ce qui se fait aujourd'hui.

VT : Bruno Zaraya merci beaucoup pour cet éclairage sur votre fonds, Ginjer Actifs 360, sa stratégie, ses perspectives. Vous êtes Associé chez Ginjer AM.

BZ : Au revoir, merci beaucoup.

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories