Retour
Analyses de marchés

Un FOMC qui ne change pas la donne (CPRAM)

icone de calendrier
13
Jun
2024
Ce FOMC est plus hawkish puisque les prévisions d’inflation sont relevées et que les « dots » envisagent deux baisses de taux.
Un FOMC qui ne change pas la donne (CPRAM)

Analyse des dernières décisions du FOMC : ajustements modestes et perspectives d'évolution des taux d'intérêt

Changements dans le communiqué du FOMC

Le seul changement dans le communiqué est la référence aux « modestes progrès supplémentaires » sur le front de l’inflation (au préalable, il faisait référence au « manque de progrès »). Comme prévu, pas de changement de taux directeurs (toujours à 5,25%/5,50%).

Évolution des prévisions de taux d'intérêt

La médiane des « dots » passe de 3 baisses de taux en 2024 à seulement une (en réalité, il y a presque autant de membres envisageant deux baisses qu’une seule). La médiane des « dots » envisage 4 baisses de taux en 2025. Les « dots » pour 2026 sont très peu changés. Comme l’a expliqué Jerome Powell en conférence de presse, ces modifications de « dots » correspondent à un report dans le temps des baisses de taux. En réalité, les « dots » sont quasiment alignés avec les anticipations de marché.

Révisions des prévisions d'inflation et de chômage

Comme prévu, les prévisions d’inflation ont été relevées après les mauvaises publications de début d’année : pour 2024, la prévision de core PCE passe de 2,6% à 2,8% et pour 2025, elle passe de 2,2% à 2,3%. De façon plus surprenante, la prévision du taux de chômage pour la fin 2024 n’est pas modifiée et reste à 4% (c’est-à-dire le taux de chômage qui prévaut actuellement) et elle est relevée à 4,2% pour la fin 2025. On peut vraiment se demander le chemin de taux de chômage que les membres du FOMC ont en tête…

La conférence de presse a tourné autour de deux sujets :

Lente décrue de l'inflation

Les deux derniers rapports CPI (avril et mai) ont mené à un peu plus de confiance dans le fait que l’inflation converge vers la cible des 2% mais ce n’est pas encore suffisant pour que le FOMC commence son cycle de baisses de taux.

Intérêt accru pour le marché du travail

On sent chez Powell un effort pour décentrer la politique de la Fed du mandat de stabilité des prix et pour se focaliser un peu plus sur le marché du travail. Il a de nouveau précisé qu’une dégradation inattendue du marché du travail pourrait accélérer le calendrier des taux et lorsqu’on lui a demandé ce qu’il entendait par là, il a répondu que cela pouvait correspondre à une évolution plus défavorable que les prévisions (sur ce point, cette réponse est vraiment difficile à comprendre car le taux de chômage est déjà au niveau de la prévision de fin d’année 2024…). Par ailleurs, à une question sur les deux enquêtes du rapport sur l’emploi, Powell a suggéré que l’enquête auprès des entreprises surévaluait probablement le nombre de créations d’emplois.

Ce FOMC ne change pas vraiment la donne (les « dots » sont quasiment en ligne avec les attentes de marchés) mais est un peu plus hawkish que prévu (les « dots » et les prévisions d’inflation sont relevés). Le scénario du FOMC par rapport au marché du travail n’est pas particulièrement clair, ce qui s’explique peut-être par le flou qui entoure les derniers rapports sur l’emploi, avec une enquête auprès des ménages très mauvaise et une enquête auprès des entreprises très bonne.

>> Lire d'autres analyses CPRAM  

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories