Retour
Analyses de marchés

Le grand troc entre la France et la Chine (Financière de l'Arc)

13
May
2024
Les déficits commerciaux entre la France et la Chine persistent. Analyse de Financière de l’Arc sur ces enjeux stratégiques majeurs.

Les relations économiques entre la France et la Chine ont connu une évolution significative au cours des dernières décennies. Autrefois marquées par des traités inégaux et des déséquilibres commerciaux flagrants, ces relations ont aujourd'hui atteint un niveau de complexité et d'importance sans précédent. Alors que la Chine émerge comme une puissance économique mondiale incontestée, la France, tout comme d'autres nations occidentales, se trouve confrontée à des défis majeurs dans ses échanges commerciaux avec ce géant asiatique. L’analyse de Financière de l’Arc traite de près les tenants et aboutissants de cette relation commerciale complexe, en mettant en lumière les dynamiques historiques, diplomatiques et économiques qui la sous-tendent.

L’évolution des relations diplomatiques France-Chine

On se croirait au XIXème siècle, au temps des traités entre la Chine et l’Occident, à un important détail près : L’empire du Milieu est aujourd’hui en position de force pour négocier.

C’en est fini des accords défavorables, comme celui de la Convention de Pékin d’octobre 1860, où le défait empereur Hien Fong de la dynastie mandchoue des Qing avait dû, sous la contrainte, ouvrir le commerce aux étrangers et consentir d’importantes indemnités à la France et à la Grande-Bretagne.

Le poids économique de la Chine moderne

Aujourd’hui, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon le Bureau National des Statistiques de la Chine, les échanges commerciaux extérieurs ont totalisé, en 2023, la somme astronomique de 41 757 milliards de yuans, soit l’équivalent de 5 881 milliards de dollars, pour un excédent net de 5 788 milliards de yuans (815 milliards de dollars). Les 6 principales nations occidentales (Les États-Unis, L’Allemagne, Le Royaume Uni, La France, L’Italie et le Canada) ont individuellement un déficit commercial avec la Chine. Il en est évidemment de même pour l’Union européenne, où le solde est passé d’une balance équilibrée au début des années 2000 à un déficit de 418 milliards de dollars en 2022.

La visite diplomatique du dirigeant Xi Jinping, 60 ans de relation avec la France

Le dirigeant chinois Xi Jinping était en visite d'État en France les 6 et 7 mai, accueilli avec les plus grands honneurs par le président français. Officiellement, cette venue était pour célébrer le 60ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine. Beaucoup d’entre nous n’étaient pas encore nés, mais la France gaullienne eu l’audace le 27 janvier 1964, en pleine guerre froide et 10 ans après la défaite de Diên Biên Phu en Indochine, de reconnaître uniquement la République Populaire de Chine. Les relations diplomatiques avec l’autre République de Chine, installée à Taïwan après la défaite des forces de Chiang Kaï-shek face à celles de Mao Zedong, furent rompues au profit de partenariats économiques. Cette île fut pourtant officiellement rétrocédée à la République de Chine le 25 octobre 1945, après la capitulation du Japon dans la seconde guerre mondiale, mettant fin à une occupation nippone qui remontait à 1895, selon les termes du traité de Shimonoseki, concédant à perpétuité Taiwan après une nouvelle défaite des troupes de l’Empereur de la dynastie des Qing.

Analyse des secteurs en croissance et déficit commercial entre la France et la Chine

Mettant l’histoire de côté, même si elle est toujours importante pour comprendre l’actualité, ainsi que tout le programme des célébrations prévu par les deux nations tout au long de l’année, pour se concentrer uniquement sur l’aspect économique. Selon les douanes françaises, le déficit commercial de la France avec la Chine a été de 46,2 milliards d’euros en 2023, contre 54,2 milliards d’euros en 2022.

Sur un an glissant (d’avril 2023 à mars 2024), les principaux contributeurs positifs à cette balance commerciale sont les produits de la construction aéronautique et spatiale (5 milliards d’euros), le segment cuir, bagages et chaussures (2,5 milliards d’euros) et les produits pharmaceutiques de base (1,9 milliards d’euros), les boissons (1,43 milliards d’euros) et les produits de la culture et de l’élevage (1,42 milliards d’euros). De l’autre côté du spectre, les principaux contributeurs négatifs sont le matériel électrique (7,1 milliards d’euros), Les ordinateurs et équipements périphériques (7 milliards d’euros), les téléphones et équipements de communication (6,8 milliards d’euros) et les articles d’habillement (5,3 milliards d’euros). Les produits de la construction automobile ne représentent qu’une contribution négative de 2,9 milliards d’euros, mais retiennent toutes les attentions.

Les subventions et les perspectives 

La Commission européenne a ouvert une enquête anti-subventions sur les importations de véhicules électriques à batterie (VEB) en provenance de Chine le 4 octobre 2023. Selon les Echos citant l’institut américain CSIS, l’industrie automobile chinoise aurait touché plus de 60 milliards de dollars de subventions publiques entre 2009 et 2019 pour devenir un champion mondial. Dans l’hypothèse où les constructeurs chinois s’adjugent la majorité du marché français en 2035 qui sera passé au tout électrique, cela représenterait plus de 900 000 véhicules (sur la base de 1,8 millions de véhicules en 2023). Cette déferlante peut être estimée à plus 18 milliards d’euros pour un prix moyen de gros de 20 000 euros par unité.

Les différents contrats signés cette semaine, sont un gage de bonne volonté, mais ne pourront malheureusement pas réduire sensiblement le déficit commercial de la France.

Par Arnaud Benoist-Vidal, analyste macroéconomique, gérant du fonds Arc Actions Santé Innovante ESG

Lire d’autres analyses de Financière de l’Arc >>

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories