Retour
Analyses de marchés

Les impacts de la dissolution sur les marchés (Vega IM)

icone de calendrier
19
Jun
2024
Cette semaine a été marquée par le retour du risque politique en France avec l’annonce surprise de la dissolution de l’Assemblée nationale.
Les impacts de la dissolution sur les marchés  (Vega IM)

L’indice CAC 40 a subi sa plus forte baisse hebdomadaire depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine

La projection par les sondages de l’arrivée d’un parti d’extrême droite aux commandes de la 2e économie européenne alourdement impacté les marchés et, en premier lieu, le marché français avec un indice CAC 40 en chute de 6.2%.

La défiance envers les actions françaises s’est propagée à d’autres pays de la zone Euro comme l’Espagne et l’Italie, illustrée par les écarts de performance entre les indices Euro et Europe (MSCI EMU :-4.03% / MSCI Europe -2.42%).

Impact sur le secteur financier

Plusieurs secteurs ont fait l’objet de flux vendeurs importants tels que le secteur financier (BNP -12%, AXA -11.3%) qui verrait ses coûts de financement augmenter dans un contexte de dégradation des finances publiques. Ensuite, les sociétés cotées contractanta vec l’Etat ont été touchées (Eiffage-14.7%, ADP -14.3%), ces entreprises pouvant être mises à contribution dans le cadre de la thématique du « Pouvoir d’Achat » revendiquée par l’opposition.

La spread OAT-Bund augmente de plus de 30pb

Les inquiétudes des investisseurs ont également pesé sur les marchés obligataires avec une hausse marquée de la prime de rémunération demandée par les investisseurs pour la détention d’OAT par rapport aux obligations allemandes(+32pb), une prudence des investisseurs qui a aussi contaminé les pays périphériques (Espagne, Italie) avec une hausse respective des spreads vs Allemagne de 27 et 22pb.

Concernant les rendements obligataires, le spread OAT-Bund à 10 ans est revenu sur les niveaux de l’élection présidentielle de 2017 (crainte du duel Mélenchon - Le Pen) mais est encore loin des 130pb atteints lors de la crise financière.

L'augmentation des droits de douane sur les véhicules électriques

L’annonce par la Commission européenne de l’augmentation des droits de douane sur les véhicules électriques chinois arrivant en Europe a également pesé sur le secteur automobile (-4.62%) et, par ricochet, sur les valeurs du luxe par craintes de représailles. Plus globalement, les sociétés réalisant une part significative de leur chiffre d’affaires en France ont été vigoureusement attaquées, ce qu’illustre la chute de 11% du compartiment des petites et moyennes valeurs françaises (CAC Small).

Records des indices US

L’actualité politique nationale ne doit pas éclipser les nouveaux records établis par les indices US, une nouvelle fois portés par les valeurs technologiques mais également parla détente des marchés obligataires. L’indice Nasdaq gagne ainsi 3.24% sur la semaine tandis que les perspectives liées à l’IA continuent de faire bondir les cours de bourse de sociétés comme Adobe (+12.9%), Broadcom (+23.3%) ou Apple(+7.9%). Mais l’ensemble de la cote US a également profité de la baisse des taux d’intérêt. Ce mouvement s’explique par des nouvelles rassurantes sur le plan de l’inflation et desindicateurs économiques qui attestent d’une décélération bienvenue de l’économie.

Après être revenus à la neutralité de notre exposition Actions en février, nous avons décidé de rétablir notre surpondération avec les niveaux atteints par les indices en zone Euro en toute fin de semaine. L’indice CAC 40 a ainsi redonné l’ensemble de ses gains annuels (-0.53% YTD) alors que, dans le même temps, les résultats des entreprises sont toujours attendus en croissance, que l’économie européenne confirme sa reprise et que la politique monétaire devient moins restrictive.

>> Voir d'autres analyses de Vega IM

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories