Retour
Analyses de marchés

Les investisseurs obligataires anticipent la baisse des taux de la BCE (Anaxis AM)

icone de calendrier
14
Jun
2024
Les perspectives économiques continuent à s’améliorer en Europe, avec des signes de reprise de la croissance.
Les investisseurs obligataires anticipent la baisse des taux de la BCE (Anaxis AM)

En Europe : reprise de la croissance et assouplissement monétaire

L’inflation a cependant légèrement rebondi en mai sur la zone. La BCE a laissé ses taux inchangés sur le mois. Toutefois, comme attendu, elle les a réduits de 25 points de base ce début juin. Il s’agit de la première banque centrale majeure à assouplir sa politique monétaire depuis le début de la poussée inflationniste liée au Covid-19, il y a trois ans. Cet assouplissement devrait néanmoins être progressif et prudent. À ce titre, le marché du travail continue à faire preuve de résilience, comme en témoigne le taux de chômage qui est descendu à un niveau historiquement bas de 6,4%.

Les marchés européens ont connu dans l’ensemble un mois de mai favorable. Les investisseurs ont notamment anticipé la baisse des taux d'intérêt de la BCE début juin. Les rendements des obligations souveraines ont cependant augmenté en Europe au cours du mois, notamment du fait de l’inflation plus élevée que prévu. Les Bund à 7-10 ans ont terminé le mois à 2,61%. Les spreads de crédit se sont sensiblement resserrés sur les obligations corporate, particulièrement sur le Haut Rendement, aidé par une dynamique entre offre et demande toujours favorable. Le Haut Rendement a ainsi surperformé l’Investment Grade, avec des performances respectivement de +0,99% et de +0,31%. Le rendement de l’indice corporate européen s’établit en fin de mois à 6,03%.

États-Unis : ralentissement de l'inflation et affaiblissement de la croissance ?

Aux Etats-Unis, les deux interrogations économiques essentielles demeurent le ralentissement de l’inflation et l’affaiblissement hypothétique de la croissance. Du fait de la résilience de l’activité américaine, la Fed n’a pas procédé aux réductions de taux tant attendues en début d’année. Les données ont cependant montré que la croissance et l'inflation se sont quelque peu affaiblies en mai, ce qui a réduit les craintes du marché. L’économie demeure malgré tout robuste. Plutôt qu’un effondrement, il est question d’une normalisation modérée. Ainsi, le marché de l'emploi reste résilient malgré l'augmentation des demandes d'allocations de chômage. Le prix du pétrole a de nouveau corrigé de -6% en mai, en raison des incertitudes géopolitiques et des inquiétudes persistantes concernant la demande en Chine. Enfin, l’attrait du dollar
s’est essoufflé en mai, corrigeant au-delà de -1% par rapport au panier de devises principales.


Dans ce contexte d’inflation et de croissance moins vigoureuses, les rendements obligataires américains ont baissé en mai. Le rendement pour la fourchette 7-10 ans des bons du Trésor a ainsi clôturé le mois à 4,50%. L’inversion de la courbe reste relativement inchangée (-38 points de base), puisque les rendements des échéances à 2 ans et à 10 ans ont baissé dans le même temps. Sur le crédit corporate, le mois de mai a été marqué par une forte activité sur le marché primaire, qui a été facilement absorbé par les investisseurs. Au niveau des performances, le marché a suivi l'évolution des bons du Trésor au cours du mois. Les spreads sont restés relativement stables tant pour l’Investment Grade (-3 points de base) que pour le Haut Rendement (+5 points). Les spreads du segment Investment Grade sont revenus à des niveaux proches des 80 points de base, tandis que ceux des obligations à Haut Rendement se situent autour des 300 points. Le différentiel entre les titres notés BB et BBB est désormais inférieur à 80 points, témoin de la dynamique haussière du marché. Le rendement de l’indice corporate américain s’établit en fin de mois à 7,61%.

Dans les pays émergents : inflation en baisse et politiques monétaires contrastées

Dans les pays émergents, l’inflation a faibli plus rapidement qu’aux États-Unis, de façon globale. Cela a permis à certaines banques centrales d’abaisser leurs taux d’intérêt avant la FED. Cependant, les divergences en matière d'inflation ont rendu les perspectives de politiques monétaires de plus en plus contrastées dans la zone émergente. Facteur de soutien, la croissance économique mondiale devrait rester confortablement en territoire positif. Toutefois, les données relatives à l'activité en Chine soulignent que la deuxième économie mondiale continue de souffrir de déséquilibres entre l'offre et la demande, ce qui suscite des doutes quant à la pérennité de la reprise dans le pays.

Les obligations corporate des pays émergents ont elles aussi affiché des performances positives en mai, soutenues par la baisse des rendements du Trésor américain. Le Haut Rendement a en outre bénéficié d’un resserrement des spreads, tandis que ces derniers sont restés stables sur l’Investment Grade. Les performances ont été de +1,81% sur le Haut Rendement et de +1,68% sur l’Investment Grade. Le crédit corporate, en particulier sur les échéances à court terme, offre toujours des rendements historiquement attractifs dans un environnement qui demeure globalement favorable. En conséquence, les flux de capitaux nets dans les marchés émergents ont été positifs sur le mois, à +5,5 milliards de dollars.

La dette a largement été plébiscitée, puisque +11,5 milliards de dollars sont entrés sur cette classe d’actifs, contre -6 milliards de sorties sur les actions. Le rendement de l’indice émergent termine le mois à 8,72%.

>> Lire la suite sur Anaxis-am.com

>> Lire d'autres analyses de Anaxis AM

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories