Retour
Thématiques & Alternatifs

Révolution de l’IA : quelles conséquences pour la productivité, l’investissement et le conseil financier (Schroders)

19
Sep
2023

Pourquoi tout le monde est-il si enthousiaste à l’égard de l’IA en ce moment ?

Charlotte Wood, Responsable de l’Innovation et des Alliances Fintech, Schroders : « Nous nous réjouissons de la façon dont cette technologie peut permettre aux gens d’accéder plus rapidement et plus facilement à des informations qui existent déjà, qu’ils en aient ou non eu connaissance auparavant. Cette technologie offre d’énormes possibilités pour permettre aux gens de faire des choses qu’ils n’auraient pas pu faire auparavant. »

Alex Tedder, Responsable de la gestion Actions monde et thématiques, Schroders : « Les marchés financiers sont particulièrement enthousiastes à l’égard de l’application de l’IA générative aux entreprises et des gains de productivité qui peuvent être réalisés. »


Pouvez-vous chiffrer ces gains de productivité potentiels ?

Alex Tedder : « Dans le monde, il y a environ 1 milliard de travailleurs du savoir, c’est-à-dire des personnes qui apportent de la valeur grâce à leurs connaissances. Si nous supposons qu’un travailleur du savoir gagne, par exemple, 15 000 dollars par an (c’est évidemment plus que cela en Occident, mais bien moins dans les marchés émergents), nous atteignons une masse salariale mondiale de 15 000 milliards de dollars par an.

Maintenant, supposons que 15 % du travail effectué par ces travailleurs du savoir soit remplacé par l’IA. En théorie, l’application de l’IA à certaines parties du spectre des connaissances permettrait d’économiser 2 250 milliards de dollars par an. Il est certain que tout cela ne se traduira pas par des revenus pour les entreprises qui fournissent des modèles d’IA générative. Mais même sur une base prudente, le marché annuel potentiel pourrait s’établir à environ 450 milliards de dollars.  

Ce sont des chiffres importants, sans compter les gains de productivité. Vous pouvez voir comment la même logique peut être appliquée au niveau de l’entreprise. Le potentiel de réduction de coûts et de gains de productivité est important, et c’est pourquoi les acteurs des marchés financiers sont très enthousiastes. »


Ces économies et ces gains de productivité ne seront-ils pas contrebalancés par la misère sociale et les troubles potentiels en raison de la perte d’emplois ?

Adelina Balasa, Ambassadrice responsable de l’IA, Microsoft : « La recherche suggère que 65 % des travailleurs du savoir préfèrent déléguer une partie de leur travail à l’IA pour être plus productifs, et les dirigeants sont deux fois plus susceptibles de se préoccuper de la productivité que de la suppression d’emplois. Bien sûr, les entreprises peuvent automatiser autant qu’elles le souhaitent, mais vous ne pouvez pas avoir une entreprise prospère qui repose uniquement sur l’IA. Vous avez toujours besoin d’un humain dans la boucle pour prendre des décisions cruciales, en particulier avec les grands modèles de langage. »

Alex Tedder : « Je pense que l’IA va en fait augmenter le niveau de vie dans certaines régions du monde, en particulier dans les pays en développement. L’IA permet un niveau de partage des connaissances qui n’a tout simplement pas été possible auparavant, ce qui sera extrêmement bénéfique pour les institutions et les individus.

Je considère également l’IA comme quelque chose de positif dans les pays développés, où le vieillissement de la population crée des pénuries de main-d’œuvre, en particulier dans des pays comme le Japon. L’IA peut permettre à un plus petit nombre de personnes de devenir plus productives et de compenser efficacement la perte de travailleurs résultant de l’évolution démographique. »


Qu’est-ce que l’IA pourrait signifier pour le secteur de l’investissement ?

Charlotte Wood : « Il y a tellement de données que les équipes d’investissement doivent en ingérer chaque jour, et en tant qu’êtres humains, nous sommes limités quant à la quantité de données que nous pouvons ingérer de façon utile et prendre en compte dans les décisions d’investissement. L’IA offre l’occasion d’améliorer considérablement la consommation et l’application des données, améliorant ainsi les décisions d’investissement et les résultats des clients. »

Alex Tedder : « L’IA va jouer un rôle dans la répartition du capital entre les différentes classes d’actifs, les différentes régions et les différents secteurs. Et c’est là que les choses deviennent intéressantes : il y aura des gagnants et des perdants au niveau des entreprises, en fonction de la manière dont elles adopteront l’IA et la mettront en œuvre, et de leur capacité à améliorer la productivité et la créativité.

Les marchés financiers ont été très efficaces dans l’évaluation de l’impact potentiel de l’IA, en particulier dans ce qui pourrait avoir une incidence sur la croissance du chiffre d’affaires dans les secteurs des logiciels et des semi-conducteurs. Ce que le marché n’a pas encore vraiment fait est de prendre du recul et de réfléchir à ce que cela signifiera en termes de valeur ajoutée dans d’autres secteurs ou industries. Et au niveau des entreprises, c’est là que les choses deviennent très intéressantes. »


En ce qui concerne les conseillers financiers en particulier, comment l’IA sera-t-elle utilisée dans leur activité quotidienne ?

Adelina Balasa : « La valeur de l’IA réside dans sa capacité à aider le conseiller financier à comprendre ma situation plus rapidement, à communiquer avec moi plus vite et à me donner une expérience plus personnalisée.

Mais je ne prendrais pas les conseils financiers de l’IA sans qu’il y ait un être humain dans la boucle. Le type d’IA dont nous parlons ne devrait pas être utilisé pour générer des chiffres, mais uniquement pour les extraire, les comprendre et les traiter. Je prendrais des conseils génériques comme « la diversification est une bonne chose », mais pas des conseils personnels qui n’ont pas été vérifiés par un humain.

Les grands modèles de langage comprennent également les chiffres, mais c’est parce qu’ils les apprennent à partir de données et de contenus existants, non pas parce qu’ils comprennent ou peuvent appliquer cette compréhension aux situations.

En fait, certains modèles d’IA ont des systèmes de sécurité de contenu intégrés qui permettent de détecter si vous demandez « Que dois-je faire dans cette situation spécifique ? ». Le modèle d’IA vous donnera une réponse générale, mais le système de sécurité du contenu, en plus de détecter et de bloquer un langage inapproprié, ajoutera à la fin que vous devriez demander ce conseil à un professionnel. »

Charlotte Wood : « Ce qui est vraiment étonnant avec cette technologie c'est que vous n’avez pas besoin d’être un spécialiste des données pour l’utiliser dans votre vie quotidienne ou dans votre travail. Pour les conseillers financiers, l’IA permet d’accroître l’interaction avec les clients - par exemple, elle peut vérifier que le conseiller a posé toutes les bonnes questions à son client.

En raison de son accessibilité, cette technologie est également plus facilement disponible pour les petites entreprises qui, par exemple, n’ont peut-être pas été en mesure d’embaucher des équipes de spécialistes des données pour déployer l’apprentissage automatique dans le passé.

Elle peut également faciliter la personnalisation des informations, aider les clients à interpréter les données et à les diffuser. C’est là que l’IA peut avoir un impact considérable en faisant cela pour vous. »


Quels sont les limites et les risques associés à l’IA générative ?

Adelina Balasa : « La plupart des grands modèles de langage ont été construits à partir de données open source provenant d’Internet, ce qui n’est pas très utile pour la traçabilité des données, c’est-à-dire que vous ne pouvez pas nécessairement vérifier d’où proviennent les informations et si c’est une source de confiance. C’est pourquoi la meilleure pratique de l’IA responsable consiste à combiner des modèles d’IA générative avec d’autres solutions de données telles que les moteurs de recherche, qui peuvent vous donner la traçabilité des données et la transparence dont vous avez besoin pour faire confiance à la réponse.

Même avec d’autres solutions de données jointes, l’IA générative peut parfois « halluciner », c’est-à-dire qu’elle peut inventer des choses qui ne sont pas vraies et rendre l’ensemble du contenu généré non déterministe, et c’est là que vous devez adopter des cadres d’IA responsables spécifiques et des techniques d’ingénierie rapide pour atténuer les hallucinations.

Dans les modèles d’IA générative, vous pouvez mettre en place un seuil qui vous permet de déterminer le degré de créativité de l’IA. Si vous écrivez un poème, vous pouvez pousser le seuil à sa créativité maximale, mais si vous voulez extraire des chiffres, alors vous pouvez lui demander d’être exacte et non créative. »

Charlotte Wood : « Une fois que vous avez mis des données dans quelque chose comme ChatGPT, vous n’avez plus le contrôle sur ce qui se fait avec ces données. OpenAI a le droit de les stocker et de les utiliser à l’avenir.

J’encourage bien sûr les gens à se montrer prudents quant à l’utilisation d’une version publique de l’IA générative. Et n’y mettez surtout pas les coordonnées de vos clients, car c’est effectivement comme les publier directement sur Internet. »

Qui doit être tenu responsable de s’assurer que l’IA est utilisée de manière responsable ?

Adelina Balasa : « C’est une responsabilité partagée entre les organisations qui fournissent des technologies, les organisations qui utilisent la technologie et les gouvernements. Il existe en fait un certain nombre de lignes directrices déjà en place en Europe, par exemple la loi européenne sur l’IA, et au Royaume-Uni, nous disposons d’un Livre blanc sur l’IA et de meilleures pratiques en matière de transparence. Mais je pense que les gouvernements doivent mettre en place une véritable législation que tout le monde doit suivre afin que la technologie de l’IA soit digne de confiance. »


Comment Schroders utilise-t-elle l’IA générative ?

Charlotte Wood : « Nous voulons mettre ce type de technologie dans les mains des gens en toute sécurité et leur permettre de l’utiliser sur des données spécifiques à Schroders, car nous pensons que c’est là que réside la valeur réelle. Nous avons donc construit une version interne de ChatGPT, qui a été déployée dans l’ensemble de l’entreprise, mais avec certaines fonctionnalités supplémentaires, comme la possibilité de déposer des documents et de poser des questions concernant un document spécifique. Il est important de noter que les données de cette technologie ne sont pas injectées dans Internet, donc ce n’est pas de l’information publique. Ces données sont stockées en intégralité par Schroders. »

Veuillez noter : Toute référence à des secteurs/pays/actions/titres est fournie à titre d’illustration uniquement et ne constitue pas une recommandation d’achat ou de vente des instruments financiers ou titres, ou d’adoption d’une quelconque stratégie d'investissement.

>> Lire l’analyse

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories