Retour
Analyses de marchés

La croissance résiste (Erasmus Gestion)

26
Apr
2023

Les PMI européens et américains montrent que la croissance fait preuve d’une belle résistance. Pour ne pas dire d’une accélération pour l’activité des services, largement prédominante dans les pays développés.

C’est une satisfaction sur le plan de l’activité, de l’emploi et des résultats des entreprises mais c’est un problème pour les banquiers centraux car ce bon comportement retarde la rechute espérée de l’inflation.

A de haut niveau, les places boursières grapillent encore quelques dixièmes grâce aux bons, voire très bons résultats du T1 que publient les entreprises.

Europe

  1. L’Eurozone entame le T2 sur un bon Momentum en particulier dans les services. Les PMI flash sont à un plus haut de 11 mois grâce à la dynamique des services (21/4) PMI composite 54,4 à l’avril vs 53.7 en mars, plus haut de 11 mois, PMI des services 56.6 vs 55, plus haut de 12 mois et PMI manufacturier 48.5 vs 50.4, plus bas de 4 mois. C’est la 6e hausse consécutive du composite alors que le manufacturier est le plus faible depuis moi 2020.
  2. Le PMI flash pour la France présente les mêmes caractéristiques : composite 53.8 vs 52.7 plus haut de 11 mois, service 56.3 vs 53.9 plus haut de 11 mois mais manufacturier 45,5 vs 47.3 un plus bas de 35 mois.
  3. L’inflation a été confirmé à 6.9% en mars après 8.5% en février mais l’inflation core, à 5.7% progresse de 0.1%
  4. Entre activité (PMI) et inflation, nous voyons bien que la BCE n’a pas fini son travail et compte tenu de la vigueur économique elle peut (doit ?) freiner encore. Les marchés de futures de taux indiquent des haussent de taux directeurs de 25 bps lors de la réunion de la BCE de mai, juin et juillet.
  5. Le ZEW, indicateur avancé allemand, (18/4) recule de 8.9 pts en avril à 4.1, celui de l’Eurozone de 3.6 pts à a 6.4. Dans les deux cas, la situation actuelle s’améliore fortement l’Allemagne à -32.5, un rebond de 14,4 pts et l’Eurozone à -30,2, un rebond de 14pts. Ce sont donc les perspectives qui reculent. On peut analyser cela comme la conséquence de taux plus élevés dans les trimestres à venir.
  6. Selon l’INSEE (20/4) en avril le climat des affaires en France se détériore légèrement. A 102, cet indicateur perd un point vs mars tout en restant au-dessus de sa moyenne. Dans l’industrie le climat des affaires se détériore (carnet de commandes), dans les services aussi, dans le bâtiment il se maintient et dans le commerce de détail il s’améliore un peu.
  7. le climat de l’emploi en France à 108 reste bien au-dessus de sa moyenne mais il perd 2 pts.

Etats-Unis

  1. la photo américaine n’est pas bien éloignée de l’Européenne. Le S&P US composite PMI (21/4), à 53.5 vs 52.3 plus haut de 11mai, avec les services à 53.7 vs 52.6 et le manufacturier à 52.8 vs 50.2
  2. Cependant les indicateurs anticipés annoncent le ralentissement, sinon ka récession au 52. Si l’Empire State (17/4, New York) rebondit à un plus haut de 9mois à 10.8 avril vs -24,6 en mars, le Philly Fed (20/4 région de Philadelphie) chute à -31,3 en avril après -23.2 en mars et le Conference Board Leading Economic Index (LEI,20/4) connait son plus fort recul mensuel (1.2%) depuis avril 2020.
  3. avec la baisse des taux longs des deux derniers mois, la situation de l’immobilier résidentiel s’améliore l’indice de la NAHB (17/4, National Association of Houses Builders) passe de 4.4 en mars à 4.5, Les mis en chantier (18/4) déclinent en mars de 0.8%. Et les demandes elle permis de construire plus largement (-24.3%) mais par le recul très fort des logements collectifs alors que les maisons individuelles progressent depuis 5 mois.
  4. Après un rebond de 14% en février, les ventes de logements existants ont été en léger recul (-2.4%) en mars (20/4). Il faut noter un rebond du prix moyen du logement vendue de 3.3% en mars à 375k$, il reste cependant en recul de 0.9% sur un an.

Asie

  1. Le PIB chinois (18/4) a progressé de 4.5% au T1, au-dessus du consensus de 4%, tiré par la consommation 10.6%.
  2. Confirmation de la tendance baissière de l’inflation en Chine, en dessous de l’objectif de 3% de la banque centrale en dépit de la réouverture de l’économie.

Marchés et Fonds

  1. le Global Fund Manager Survey de BoFA (Michael Hartnett, 18/4) montre la grande prudence des investisseurs, prudence sur la croissance, en particulier US et allocation obligataire la plus élevée depuis mars 2009 ! 63% des investisseurs attendent un recul de la croissance, 84% une inflation plus faible conduisant à des taux courts plus bas (72%), réponse la plus élevée depuis réouverture 2008. 35% des répondants entendent la 1ére baisse des taux de la Fed au T1 2024, 28% au T4 2023 et 14% au T3 2023
  2. Révision de 0.1% le séminaire dernière des consensus IBES 2023 et 2024 de BPA du Stoxx 600. Les attentes pour 2023 saut à 0.3% et à 8% pour 2024. Le multiple à 12 mois du Stoxx 600 et de 12.9x.
  3. Cette semaines les larges et mégas capitalisations grâce aux publications, accentuent leur écart par rapport aux petites et moyennes avec une semaine positive. Les entreprises les plus chères, en dehors du secteur technologique, progressent encore sur leurs chiffres de T1.
  4. FCP Mon PEA revient sur un “ faux ” secteur construction par les achats de Bouygues (construction + médias + télécom) et Vinci (80% concessions autoroutes et aéroport) ; Léa pour Erasmus Mid Cap euro prend des profits sur Elis et achète sur un fort repli Carl Zeiss Meditec , entreprise allemande spécialisée dans les systèmes et matériels de diagnostic ophtalmologique et pour Erasmus Small Cap Euro Aymeric a cédé une autre société allemande, Jost Werke.
Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories