Retour
Private Equity

Non coté :  est-ce qu'il y a un poids idéal à allouer ? (Private Corner)

icone de calendrier
18
Jun
2024
Avec l’ouverture de la classe d’actifs à un public beaucoup plus large, la question du poids idéal au sein d’une allocation se pose de plus en plus fréquemment.
Non coté :  est-ce qu'il y a un poids idéal à allouer ? (Private Corner)

Allocation aux actifs privés : les recommandations des experts

En général, les experts recommandent que les particuliers HNWI allouent entre 5% et 15% de leur patrimoine à l'investissement sur les actifs privés. Cependant, certains investisseurs plus fortunés et ayant une aversion au risque plus limitée peuvent allouer jusqu'à 40% de leur patrimoine à ce type d'investissement. L'investissement non coté est un investissement à long terme. Les investisseurs doivent être prêts à immobiliser leur capital pendant plusieurs années.

Les investissements des family offices

Le fonds de pension californien Calpers, très habitué à la classe d’actifs puisqu’il a déjà investi dans plus de 350 véhicules non cotés, pousse les feux sur le non coté : il a annoncé en mars dernier son intention d’augmenter l’allocation aux actifs privés de 33 à 40% de son portefeuille. Mais tout dépend de l’investisseur et du niveau de liquidité dont il a besoin. L’exemple des family offices est intéressant : selon les chiffres de Preqin, ils avaient en moyenne 16% de leurs actifs en non coté à fin 2023, ce qui constitue un retour à un niveau normatif après une poussée jusqu’à 20% en 2020 et 2021. D’après le rapport The ultra-high net worth private equity investing réalisé en 2023 par Campden Wealth et Titanbay, les family offices sondés souhaitent, dans le futur, augmenter leur exposition au private equity jusqu'à 23%.

Le non coté plébiscité par les plus grands family offices français

48Mds€ investi en private equity en France par la clientèle privée et les family offices en 2021.

21% investi dans le private equity dans le patrimoine des family offices en France en 2022.

(source France Invest & Opinion Way)

Comprendre le private equity pour mieux s'adapter

Chaque investisseur est unique, par son niveau d’aversion au risque, sa situation personnelle et professionnelle, son âge, la taille, la composition ou la liquidité de son patrimoine. Pour bénéficier au mieux des avantages de la classe d’actifs, les particuliers doivent comprendre son fonctionnement et s’y adapter. La différence entre les fonds de private equity et les OPCVM bien connus des épargnants ne se limite pas à l’absence de liquidité. Illiquidité qui s’avère être un allié pour une classe d’actifs devant impérativement s’inscrire dans du temps long. Au-delà de sélectionner et de donner accès à des équipes de gestion à dimension institutionnelle jusqu’à lors inaccessibles, les plateformes doivent assurer aux clients privés et à leurs conseillers de la transparence, du suivi ainsi qu’un reporting complet et régulier à juste prix.

Il n’existe donc pas de “réponse standard” à la question du poids idéal que le non coté doit avoir au sein de son allocation. Il est essentiel pour l’investisseur final de se faire accompagner par son conseiller financier pour constituer et faire évoluer son allocation. C'est lui seul, en tant que médecin de famille du patrimoine, qui a la vision globale des actifs, des projets, de la situation personnelle et familiale, et donc des besoins de son client. Tous ces éléments sont essentiels pour évaluer la capacité à supporter le risque, le type d'actifs à intégrer et la proportion du patrimoine que l'on peut dédier à des actifs illiquides.

>> Lire aussi "les bonnes questions à se poser avant d'investir dans le non coté"

>> Lire aussi "Non coté, existe-t-il un bon timing ?

>> Lire d'autres articles Private Corner

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories