Retour
Analyses de marchés

La correction se poursuit, vivement le rallye de fin d’année ? (Eres)

icone de calendrier
7
Nov
2023
Les marchés actions ont poursuivi leur correction en octobre, avec une dégradation des fondamentaux et des perspectives décevantes.
La correction se poursuit, vivement le rallye de fin d’année ? (Eres)

Poursuite de la correction sur les marchés actions

Le mois d’octobre a été dans la continuité du troisième trimestre, avec des marchés actions qui ont continué de corriger. Le CAC 40 a cédé 3,5%, les marchés américains environ 2% et les marchés émergents près de 4%. Les petites capitalisations ont une nouvelle fois sous-performé avec une baisse proche de 6% pour le MSCI Europe Small Cap. Si la pression des taux d’intérêts élevés peut expliquer ce phénomène, c’est surtout la dégradation des fondamentaux constatée lors de la saison des résultats des entreprises pour le troisième trimestre qui semble être en cause. Beaucoup d’avertissements sur résultats du côté des petites valeurs mais plus globalement des entreprises qui ont offert des perspectives décevantes pour les trimestres à venir, même parmi les secteurs les plus épargnés jusque-là comme le luxe ou la technologie.

L’exceptionnalisme américain

Même si la dégradation conjoncturelle mondiale n’épargne aucune société multinationale, une zone géographique semble toujours défier le marasme ambiant : les Etats-Unis. Selon les chiffres publiés fin octobre, le PBI des Etats-Unis a progressé en rythme annualisé de 4,9%. Avec un indice de prix en hausse de 3% sur la période, la progression nominale annualisée du PIB américain a donc quasiment atteint 8% sur la période, un rythme exceptionnellement élevé. Deux éléments incitent cependant à la prudence : premièrement, ces chiffres ne se sont pas traduits par une accélération de la profitabilité des entreprises américaines, notamment celles qui sont orientées vers leur marché domestique. Ce fort rebond pourrait donc être révisé à la baisse dans le futur et être par nature plus technique qu’organique. Deuxièmement, cela ne protège pas particulièrement les Etats-Unis contre une dégradation prononcée de la conjoncture dans les mois à venir, puisque le lien entre croissance économique passée et présente est extrêmement ténu.

Le père Noël est une ordure ?

Après un été et un automne maussade, les opérateurs de marché attendent avec impatience le fameux rallye de fin d’année. En effet, historiquement, les mois de novembre et décembre sont parmi les meilleurs pour les actifs risqués, quel que soit le contexte économique. Il y a bien entendu des exceptions à ce phénomène, notamment 2018 dans un passé récent, mais cela constitue tout de même un phénomène persistant. Ce qui est certain c’est que les nuages continuent de s’amonceler sur la conjoncture économique et que, sauf retournement de situation brutal, l’année 2024 s’annonce difficile.

>> Lire l’article

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories