Retour
Epargne

"L'épargne salariale, un outil privilégié pour illustrer les vertus de l'épargne à long terme" Éric Pinon (AFG)

icone de calendrier
22
Mar
2024
À l’occasion de la Semaine de l’Épargne Salariale organisée par l’Autorité des Marchés Financiers et l’Association Française de la Gestion Financière, avec le soutien des ministères de l’Économie et du Travail, Eric Pinon, président d’honneur de l’AFG, revient sur les évolutions de ce dispositif en lien avec la nouvelle loi sur le partage de la valeur, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2025. L’épargne salariale, en plein essor en France depuis plusieurs années, représente actuellement un total de 187 milliards d’euros.
"L'épargne salariale, un outil privilégié pour illustrer les vertus de l'épargne à long terme" Éric Pinon (AFG)

Vincent TOURAINE : Bonjour à toutes et à tous, c'est le rendez-vous incontournable du printemps désormais, la semaine de l'épargne salariale. C'est un moment de pédagogie pour les salariés comme pour les dirigeants d'entreprises autour de ce dispositif. Un événement organisé par l'AMF et l’AFG sous l'égide des ministères de l'économie et du travail. Pour parler de cette édition 2024, Éric Pinon est avec nous, bonjour.
 
Eric PINON : Bonjour.
 
VT : Vous êtes Président d'honneur de l'AFG, l'Association Française de la Gestion Financière. Merci beaucoup d'être avec nous. Tout d'abord, est-ce que vous pouvez nous rappeler quel est le poids de l'épargne salariale en France en 2024 ? Vous venez de sortir une enquête. Quelles sont les principales conclusions de cette enquête ?
 
EP : Nous sommes très actifs sur l'épargne salariale depuis longtemps pour deux raisons. La première c'est que nous pensons que c'est l'avenir de l'investissement long terme et je crois que c'est très important que nous insistions là-dessus. La deuxième c'est que nous avons obtenu un certain nombre de choses, nous y reviendrons sûrement, sur ce que nous appelons la gestion profilée et donc les bonnes nouvelles de l'année 2023, puisque nous sommes sur les chiffres de 2023, c'est 187 milliards d'actifs gérés, une hausse de plus de 16 %.
 
VT : Ça repart à la hausse ?
 
EP : Ça repart à la hausse, il y a eu une inflexion liée malheureusement au mauvais comportement des marchés, pendant et post Covid, mais nous sommes dans une période où ça repart. Ça repart pour deux raisons, d'abord parce que les entreprises gagnent de l'argent et nous y reviendrons également, l'épargne salariale passe aussi par ce que nous appelons les abondements, la contribution des entreprises et autres, mais nous sommes donc sur un chiffre très intéressant, 187 milliards.
 
VT : Quels sont les grands avantages de l'épargne salariale ? Qu'est-ce qu'elle permet ?
 
EP : Le gros avantage de l'épargne salariale c'est d'essayer, ce que nous avons promu depuis de nombreuses années, de faire de l'investissement long terme. C'est de l'épargne qui est censée vous permettre à la fin de votre vie, alors à la fin de votre vie, avant de mourir bien entendu, d'avoir du capital, d'avoir un peu plus de compléments. L'avantage de l'épargne salariale, c'est les abondements, c'est la participation des entreprises, à l'inverse de l'État, moins de taxation et c'est surtout une allocation d'actifs profilée. Plus vous êtes jeune, plus nous essayons de sensibiliser votre portefeuille ou votre patrimoine. Et c'est un gros avantage de "jouer" avec des actions long terme, avec plus d'investissement, par exemple pour les gens de moins de trente ans.
 
VT : Cela fonctionne e auprès des jeunes générations ? Ils jouent le jeu ?
 
 
EP : Exactement. Il y a un phénomène sur l'épargne salariale, c'est qu'il y a des options de sortie. L'investissement immobilier, la naissance, le mariage, le déménagement. Je crois qu'il y a sept ou huit. Les jeunes sont plutôt à 60 - 65 % en actions. Ce qui est recommandé pour cet âge-là et qui permet à terme d'avoir des meilleurs rendements.
 
VT : Au-delà de l'épargne salariale, il y a l'actionnariat salarié dont on parle un petit peu de moins, c'est une tendance qui monte ?
 
EP : C'est une tendance qui monte, qui est poussée par les entreprises, parce que ça permet aux gens de comprendre et de regarder les chiffres de la maison dans laquelle ils travaillent. Comme chez Orange, par exemple.
 
VT : C'est un modèle du genre ?
 
EP : C'est un modèle du genre de l’actionnariat salarié. Pourquoi ? Parce qu'ils sont à près de 10 % et je pense que c'est intéressant pour les gens qui travaillent chez Orange de connaître leur maison, de mieux comprendre les chiffres. Certains viennent pleurer, je ne vais pas faire de politique dans cette interview, sur les résultats de Total Énergie, sur les superprofits. Ils font des profits, mais si vous êtes actionnaire, ça ne vous gêne pas que la société dont vous êtes actionnaire fasse des profits, ça vous gêne quand vous n'êtes pas actionnaire. Donc je crois que l'avantage de l'actionnariat salarié, c'est la connaissance de l'entreprise et de la création de valeur.
 
VT : La loi sur le partage de la valeur va s'appliquer dès le 1er janvier 2025, qu'est-ce que ça va changer pour les plus petites entreprises ?
 
EP : Je pense que la bonne nouvelle, c'est que les grandes, les moyennes et les petites vont enfin permettre aux collaborateurs de dire je suis actionnaire, je suis participant à la création de valeur tant sur mon salaire que sur l'augmentation de la valeur de mon entreprise et je crois que c'est ça qu'il faut qu'on mette en place et que cette loi va permettre. Faire comprendre aux gens que l'on partagera la valeur, puisque c'est le nom de ce projet de loi. "Tu vas être bien payé et tu vas également profiter la croissance de la boîte." Je crois que c'est ça qu'il faut retenir et je crois que là-dessus, on aura de bonnes nouvelles et ça permettra à tout le monde d'en profiter.
 
VT : Eric Pinon, merci beaucoup d'avoir été avec nous à l'occasion de cette semaine de l'épargne salariale, édition 2024.
 
EP : Vous êtes le Président d'honneur de l'AFG. Merci beaucoup, à très bientôt.

Partager :

À découvrir

Graph du jour

Découvrez notre sélection de graphiques
Club patrimoine

Contributeurs

Club patrimoine
Discover the vision of the financial media of tomorrow
Pour aller plus loin

Inscrivez-vous à la newsletter
Club Patrimoine

Parcourez nos catégories